GEN - COUPE UTECK / HUSKIES vs CARABINS

Photo : Une fois de plus, Jonathan Sénécal a étalé son savoir-faire, samedi. Crédit : Photo Martin Alarie

Football universitaire RSEQ

Que le début pour Sénécal

Publié | Mis à jour

Quart-arrière convoité par plusieurs universités québécoises au terme d’un court passage aux États-Unis, Jonathan Sénécal a encore fait preuve de son talent et de sa vision dans la défaite face aux Huskies, samedi. 

Sa première saison universitaire canadienne s’est conclue par un revers, mais son entraîneur-chef Marco Ladeluca a vanté ses mérites après la rencontre.  

GEN - COUPE UTECK / HUSKIES vs CARABINS
Crédit photo : Photo Martin Alarie

Sénécal a fini le match avec des gains de près de 400 verges et 31 passes réussies en 41 tentatives. 

« Jo a encore joué un super gros match, a commenté le pilote des Bleus. C’est un bon joueur de football, c’est un guerrier. »

Une opportunité 

Même si la défaite semblait dure à avaler pour Ladeluca, il se disait heureux samedi que le pilier de son offensive ait pu prendre part à un match aussi important tôt dans sa carrière. 

GEN - COUPE UTECK / HUSKIES vs CARABINS
Crédit photo : Photo Martin Alarie

« Je suis content qu’il ait eu l’opportunité de vivre cette expérience-là, parce que ça va seulement l’aider pour le futur, a déclaré l’entraîneur. Je pense qu’on n’a rien vu encore de cet athlète-là. »

Durement plaqué peu avant la mi-temps, Sénécal ne s’est pas attardé sur le terrain après la rencontre et s’est vite retiré au vestiaire. En saison, une blessure lui avait fait rater deux matchs. 

« La tête haute » 

Si Iadeluca se réjouit que son quart ait pu disputer une première demi-finale canadienne, il en va de même pour tous les jeunes joueurs qui composaient son équipe cette saison. 

GEN - COUPE UTECK / HUSKIES vs CARABINS
Crédit photo : Photo Martin Alarie

Pendant que les Huskies festoyaient à l’autre bout du terrain, l’entraîneur a pris quelques minutes pour serrer ses protégés dans ses bras et pour leur parler.

« Je leur ai dit de garder la tête haute, a confié Iadeluca, qui en était à sa première saison comme entraîneur-chef des Bleus. On s’est battus toute l’année. On a vécu beaucoup d’adversité [notamment plusieurs blessures], et ce n’est pas aujourd’hui qu’on va sortir du terrain la tête basse. »