FBN-SPO-ARIZONA-CARDINALS-V-SEATTLE-SEAHAWKS

Crédit : AFP

NFL

NFL: vers la fin d’une longue union à Seattle?

Publié | Mis à jour

Même avec le retour de Russell Wilson, la saison des Seahawks ne va nulle part. Le moment est peut-être venu pour le quart-arrière et son équipe de mettre un terme à la productive union qui les lie depuis 2012.

Durant la saison morte, des rumeurs d’échange concernant Wilson ont circulé, sans jamais se matérialiser. La saison décevante que connaissent les Seahawks pourrait activer le processus pour vrai cet hiver.

Le fait est que les Seahawks, avec un dossier de 3-7, sont avant-derniers dans la conférence nationale, tout juste devant les misérables Lions. Pas de quoi pavoiser!

Certains diront que les déboires des Seahawks s’expliquent par la blessure à un doigt de Wilson, qui lui a fait rater trois matchs et qui l’ennuie visiblement depuis son retour. C’est en partie vrai, mais même avant cet incident, les Seahawks ne volaient pas bien haut. Dans cinq des six derniers départs de Wilson, l’attaque n’a pas marqué plus de 20 points.

Repartir à neuf

Que ce soit clair, net et limpide: Russell Wilson n’est pas fini! À 32 ans, il a encore de belles années de football devant lui. Or, peut-être que pour lui et les Seahawks, il est temps de regarder dans des directions opposées.

Ça fait maintenant quelques années que la défensive des Seahawks vit sur sa réputation du passé, sans être à la hauteur. À l’attaque, au fil des ans, Wilson a été frappé à répétition derrière une ligne offensive trop souvent poreuse.

Même avec l’arrivée du coordonnateur Shane Waldron, l’identité offensive demeure mal définie. Les Seahawks veulent rester une équipe physique qui court avec le ballon, mais la durabilité de leurs porteurs depuis la fin de l’ère Marshawn Lynch a été mise à rude épreuve.

Il y a beaucoup de lacunes dans cet alignement et le fait d’échanger Wilson au moment où sa valeur est encore importante pourrait permettre à l’équipe de repartir sur de nouvelles bases, en plus d’offrir à leur quart-arrière des 10 dernières années une occasion d’aboutir au sein d’une équipe près du but ultime.

Quelles destinations?

L’hiver dernier, Wilson a exprimé son mécontentement quant à certaines orientations de l’organisation. Il ne s’agit pas d’un conflit irréparable, selon toute vraisemblance. Sauf qu’il devient de plus en plus clair que les Seahawks ne sont pas sur le point de redevenir des prétendants sérieux. Le désir de Wilson d’aller voir ailleurs risque de brûler pour vrai.

Des clubs très bien nantis, mais dont la position de quart-arrière laisse à désirer, risquent de se manifester.

Les Saints, s’ils parviennent à améliorer leur groupe de receveurs, deviendraient une destination intéressante avec une solide ligne offensive, un bon jeu au sol et une défensive établie.

Les Browns sont encore attachés l’an prochain à Baker Mayfield, mais s’ils jugent qu’un pivot de la trempe de Wilson est l’ingrédient manquant à leur formation très bien construite, ils pourraient appuyer sur la gâchette.

Dans la même division, les Steelers seraient un choix logique aussi, même si les mégatransactions du genre ne font pas partie de leur ADN. Les Broncos et les Raiders sont aussi des équipes qui pourraient se montrer intéressées.

Peut-être que malgré tout, Wilson demeurera à Seattle sans faire de bruit. Il lui faudra alors accepter que cette équipe doive traverser un passage à vide.