SPORT NHL

Crédit : REUTERS

Canadiens de Montréal

Les pires saisons dans l’histoire du CH

Publié | Mis à jour

Avec seulement cinq victoires en 22 matchs [avant la rencontre de samedi soir face aux Penguins de Pittsburgh], le Canadien de Montréal est en voie de connaître l’une des pires saisons de sa riche histoire. La troupe dirigée par l’entraîneur-chef Dominique Ducharme affiche un taux d’efficacité de ,273 au niveau des points récoltés.

• À lire aussi: CH: ça s’annonce encore difficile

• À lire aussi: «Ce sont les jeunes qui travaillent» - Anderson

La saison 2000-2001

Dans un passé récent et pour une saison de 82 matchs, le Tricolore a atteint le fond du baril durant la saison 2000-2001 avec un dossier de 28-40-14 (,427). L’entraîneur-chef Alain Vigneault en avait payé le prix, étant remplacé par Michel Therrien après 20 rencontres (5-13-2). 

Saku Koivu, Oleg Petrov et Brian Savage menaient alors l’attaque du Canadien tandis que José Théodore tentait de sauver les meubles devant le filet. Théodore aura d’ailleurs appris à la dure cette saison-là pour mieux remporter, à la suite de la campagne suivante, les trophées Vézina et Hart... 

À propos de la saison 2000-2001, le CH avait néanmoins terminé au 24e rang du classement général sur 30 équipes. Le Wild du Minnesota, les Mighty Ducks d’Anaheim, les Panthers de la Floride, les Thrashers d’Atlanta et le Lightning de Tampa Bay avaient été encore plus mauvais tout comme, dans le fond de la cave, les pauvres Islanders de New York (21-51-10).

Sous la gouverne de «Pit» Lépine

En 1939-1940, à la seule campagne d’Alfred «Pit» Lépine à la barre du CH, la formation montréalaise avait connu le pire rendement de son histoire (,260) avec une fiche de 10-33-5 au terme d’une saison de 48 matchs. 

Lépine, autrefois attaquant du Tricolore, avait eu plus de succès à l’époque où il jouait, ayant notamment inscrit 24 buts en 44 parties avec le Tricolore en 1929-1930. À propos de cette affreuse saison du Canadien, une décennie plus tard, Toe Blake avait été le meilleur de l’équipe avec ses 38 points, dont 17 buts, en 48 rencontres. 

Le gardien numéro un de l’équipe était Claude Bourque, qui avait conclu la saison avec un dossier de 9-24-3. Sans surprise, Montréal avait terminé au dernier rang parmi les sept équipes qui composaient alors la Ligue nationale de hockey, derrière les Bruins, les Rangers, les Maple Leafs, les Black Hawks, les Red Wings, mais aussi les Americans de New York.

À l’époque de Morenz et Joliat...

Une autre saison à oublier pour le Canadien fut celle de 1925-1926 quand l’équipe avait obtenu seulement 11 victoires en 36 parties et un taux de ,319 concernant les points au classement. Ce fut la fin du premier séjour de Leo Dandurand comme entraîneur-chef de l’équipe, lui qui est revenu partiellement en 1934-1935. C’était à l’époque des Howie Morenz et Aurèle Joliat... Le CH avait pourtant enlevé les grands honneurs lors des deux saisons précédentes. Par contre, en 1925, il faut préciser que le club de Montréal avait été couronné sans jouer, à la suite d’une grève de la formation adverse, les Tigers de Hamilton.