Quebec

Photo : Sur cette photo, l’attaquant des Remparts Pier-Olivier Roy tente de pousser la rondelle derrière le gardien de but des Cataractes de Shawinigan Antoine Coulombe lors d’un match entre les deux formations le 28 octobre dernier au Centre Vidéotron. Crédit : Photo d’archives

LHJMQ

Les Remparts en quête de confiance

Publié | Mis à jour

Un peu plus de 1800 km : c’est la distance que parcourra l’autocar des Remparts à partir de mercredi matin pour le premier périple de l’équipe dans les Maritimes. De ce voyage, les Diables rouges espèrent non seulement ramener à Québec des points au classement, mais surtout, la confiance qui leur a permis d’avoir du succès en début de saison.

Les hommes de Patrick Roy feront un premier arrêt à Moncton pour y affronter les Wildcats jeudi, puis se frotteront aux Islanders de Charlottetown vendredi avant de conclure ce périple de trois matchs en trois jours face au Titan d’Acadie-Bathurst.

« Souvent, tu te dis qu’il y a des moments dans la saison où tu as le goût de te faire tester et ça va en être un bon. On est à un mois de la période des transactions, tout le monde est en santé et on affronte de bonnes équipes. Il va falloir élever notre jeu, c’est certain », a commenté Patrick Roy mardi.

Son équipe, bien qu’il aime sa progression au cours des derniers matchs, n’a toujours pas retrouvé l’aplomb du début de saison, cette confiance qui leur avait permis de remporter neuf matchs consécutifs.

« On joue avec moins de confiance, a concédé le joueur de centre Xavier Filion. On est plus fragiles et ç’a paru contre Victoriaville alors qu’on s’est fait remonter en fin de match. Il faut retrouver la confiance qu’on avait en début d’année. C’est certain que de gagner des gros matchs contre Charlottetown et Bathurst pourrait nous redonner confiance. »

DES DÉFAITES DIFFICILES

Depuis les neuf victoires de suite, qui portaient le dossier de l’équipe à 9-1, les Remparts présentent une fiche de quatre gains et six revers, dont deux contre les deux dernières équipes du classement général, le Drakkar de Baie-Comeau et les Eagles du Cap-Breton.

« On peut monter la barre plus haut, ajoute l’ailier Pier-Olivier Roy. On a échappé des matchs contre le Cap-Breton et Baie-Comeau. On est une équipe qui aspire aux grands honneurs alors on devrait se servir de ces matchs-là pour augmenter notre confiance, pas la diminuer. »

Pour Patrick Roy, la récente période n’est pas le résultat d’un manque d’effort. 

« J’aime notre progression. Dernièrement, on a joué de la bonne façon même si on a eu des ratées contre Baie-Comeau. Contre le Cap-Breton, j’étais déçu parce qu’on n’avait pas pris des tirs de qualité, mais on a quand même dirigé 83 lancers vers le filet (43 ont atteint la cible) et créé 26 chances de marquer. Certains joueurs ne jouent pas avec constance en ce moment, mais en tant que groupe, il n’y a pas tant de matchs où je peux dire qu’on ne s’est pas présentés », a affirmé le pilote.

NE PAS PENSER ET JOUER

Parmi les joueurs qui ne jouent pas avec constance : le gardien Fabio Iacobo. Lors de l’entraînement mardi, Roy a fait un brin de jasette avec son gardien de 20 ans, lui disant notamment « arrête de penser et joue ».

« On est tous différents et on est tous humains. Fabio se met beaucoup de pression et il veut réussir. Notre travail est de l’accompagner et de l’aider à s’en sortir. [...] Mon message est que ce que tu contrôles, c’est ce qui est devant toi et c’est la rondelle. Ne va pas plus loin que ça. C’est ce que j’aimerais qu’il fasse, qu’il soit prêt pour son match et qu’il regagne ma confiance. »

Pendant ce temps, c’est le gardien de but William Rousseau qui obtiendra les deux premiers départs du voyage, dont celui face aux Islanders de Charlottetown, vendredi. Les représentants de l’île aux patates trônent au sommet du classement général de la LHJMQ, à égalité avec le Phoenix de Sherbrooke qui a toutefois joué un match de moins.

Vsevolod Komarov progresse bien  

Quebec
Crédit photo : Photo d'archives

Sans tambour ni trompette, le défenseur russe de 17 ans des Remparts Vsevolod Komarov a solidifié sa place au sein du top 4 à l’arrière.

Le jeune droitier, débarqué dans la Vieille Capitale depuis un peu plus d’un mois, a gagné la confiance de Patrick Roy qui l’utilise maintenant entre autres sur la deuxième vague d’avantages numériques.

Le natif de Chelyabinsk ne présente pas des statistiques à tout casser (un but et une passe en 13 matchs), mais on le sent de plus en plus confiant.

« Je pense qu’il commence à comprendre de mieux en mieux et qu’il se sent de plus en plus à l’aise, a fait remarquer Patrick Roy mardi. Ce qui m’impressionne, c’est son calme avec la rondelle. On l’a vu récemment faire des feintes à un contre un et mettre au défi le défenseur adverse. Sans être un jet sur patins, il bouge et se déplace bien sur la patinoire. Je suis content de sa progression. »

Roy n’avait que très peu d’information sur Komarov avant de le voir débarquer à Québec. Le recruteur-chef Christian Vermette et lui avaient eu l’occasion de l’évaluer sur des séquences vidéo, sans plus.

« Ce que je pouvais reconnaître sur vidéo, c’est qu’il prenait de bonnes décisions avec la rondelle sur sa première passe. Physiquement, il était capable de tenir son bout devant le filet également. Là, il commence à transporter la rondelle un peu plus et à mieux se sentir. »

COMMUNICATION

Il n’y a pas que son jeu sur la patinoire qui progresse, son anglais aussi. Peut-être pas aussi rapidement, par contre !

« Il comprend un peu plus. Au début, il avait de la misère et on voyait dans ses yeux qu’il n’était pas sûr, a raconté Pier-Olivier Roy. Là, il commence à se dégêner, et des fois, il vient jouer au ping-pong avec nous. »

S’il est encore impossible d’avoir une conversation dans la langue de Shakespeare avec le no 83, il commence à tenter sa chance.

« Il a fait une petite phrase après un match où il avait été nommé joueur de la rencontre. Il a dit quelque chose en anglais, trois ou quatre mots, et on est tous partis à rire. Il n’avait pas l’air trop mal à l’aise ! Il était content et on voit qu’il veut apprendre l’anglais. »

Par ailleurs, l’attaquant Rylan Bowers a décidé de quitter les Remparts afin de retourner chez lui en Ontario. Il se rapportera aux Nationals de London dans la GOJHL.

À voir aussi 

5 espoirs québécois du Canadien à surveiller -