Crédit : Photo d'Archives, Andre Viau

MLB

Bill Virdon n’est plus

Publié | Mis à jour

Reconnu pour son calme remarquable et son regard sévère pendant les matchs, l’ancien gérant des Expos de Montréal Bill Virdon s’est éteint à l’âge de 90 ans, mardi. La cause de son décès n’a pas été dévoilée.

Virdon a dirigé les Expos à la toute fin de sa carrière, en 1983 et 1984. Il a montré une fiche de 146-147-1 à la barre de l’équipe montréalaise, sans parvenir à la mener aux éliminatoires. Il a d’ailleurs été congédié avant la fin de sa deuxième campagne, quelques jours après avoir signifié son intention de quitter son poste au président de l’époque John McHale.

«Quand il est arrivé à Montréal, ça ne lui tentait plus d’être gérant», s’est ainsi souvenu l’analyste de la chaîne TVA Sports Rodger Brulotte.

Pas de sourire

Les amateurs de baseball plus vieux se souviennent en effet d’un homme qui ne montrait que peu d’émotions et qui ne souriait pratiquement jamais dans son rôle de gérant. Mais il n’était pas pour autant un mauvais instructeur, loin de là.

Avant de s’amener à Montréal, il avait disputé 1583 parties avec les Cardinals de St. Louis et les Pirates de Pittsburgh au champ centre, entre 1955 et 1968. Il a ensuite dirigé les Pirates (1972-1973), les Yankees de New York (1974-1975) et les Astros de Houston (1975-1982). Il vient d’ailleurs au premier rang de tous les temps chez les Astros avec 544 victoires.

«C’était un entraîneur sévère, a expliqué Brulotte. Il connaissait bien son baseball, mais il n’avait pas d’enthousiasme. C’est un excellent gérant de baseball, mais ce n’est pas un gars qui montrait son enthousiasme. Aucune émotion. Pas du tout.»

Pour illustrer ses propos, celui qui agit comme analyste lors des reportages pour les matchs de baseball s’est remémoré une anecdote survenue le 15 juillet 1983, quelques minutes après une amère défaite de 9 à 3 contre les Braves à Atlanta.

«[Warren] Cromartie a renversé la table de nourriture après la défaite, s’est souvenu Brulotte. Virdon s’est levé et lui a dit: "écoute bien, il n’y a personne qui renverse la nourriture ici. Il n’y a personne qui fait des crises. C’est de la nourriture, on mange."»

Le gérant a ensuite pris la décision de suspendre le joueur fautif pour trois rencontres.

Un des meilleurs

Avant de faire sa marque comme gérant, Virdon a également excellé sur le terrain. Nommé recrue de l’année dans la Ligue nationale en 1955, il a maintenu une excellente moyenne au bâton de ,316 tout au long de sa carrière en plus de mettre la main sur un Gant doré en 1962.

Il a notamment remporté la Série mondiale avec le club de la Pennsylvanie en 1960.

«C’était un excellent voltigeur. Un des meilleurs voltigeurs de centre du baseball», a conclu Brulotte.