Crédit : AFP

NBA

Lowry veut être un Raptor à la fin de sa carrière

Publié | Mis à jour

L’amour qu’éprouve Kyle Lowry pour les Raptors et la ville de Toronto n’a pas diminué même si le garde a quitté la seule formation canadienne de la NBA pour joindre le Heat de Miami, durant la dernière saison morte. Lowry a même réitéré son désir de prendre sa retraite en tant que membre des Raptors.

«C’est encore chez moi, a déclaré Lowry lors d’un entretien avec le média The Undisputed, lundi. Comme j’ai toujours dit, et je vais le redire, je vais signer un contrat d’une journée et me retirer comme un Raptor de Toronto. C’est mon plus grand désir.»

Surnommé «Mr. Raptor», l’athlète de 35 ans a été au cœur des succès de l’organisation torontoise durant les neuf dernières années. Durant son passage dans la Ville Reine, il a maintenu des moyennes de 17,5 points, 7,1 passes décisives et 4,9 rebonds par match.

Il a aussi grandement aidé les siens à mettre la main sur le tout premier championnat de la NBA de l’histoire des Raptors, en 2019, quand ils ont battu les Warriors de Golden State en six matchs en finale.

Une fin en queue de poisson

Son temps avec les Raptors a d’ailleurs fini de manière très décevante. En raison de la pandémie, qui a interrompu la saison 2019-2020 et forcé les Raptors à s’expatrier en Floride la suivante, Lowry n’a jamais eu l’occasion de faire des adieux dignes de ce nom aux partisans torontois.

«C’était complètement ridicule, de dire Lowry. J’avais une maison à Toronto. J’ai encore des trucs dans un entrepôt là-bas qui étaient dans ma maison, certains trucs qui appartiennent à mes enfants, leurs œuvres et leurs travaux d’école. C’est vraiment plate de ne pas avoir eu la chance d’y jouer un match depuis février 2020.

«C’était mon chez-moi, sincèrement. Tu y es du mois de septembre à juin parce que tes enfants vont à l’école à Toronto, et de ne pas être en mesure d’y aller, je me suis dit : "merde, quand est-ce que je vais y retourner et profiter de la ville." J’y suis retourné durant la dernière saison morte. J’ai été souper et c’était juste bien d’avoir la chance d’y aller et simplement de m’asseoir et prendre le temps.»

Lowry était aussi bien impliqué dans la communauté, lui qui distribuait, entre autres, 200 repas et des cadeaux durant l’Action de grâce à des familles dans le besoin, en compagnie de sa femme.

«Ce n’est pas simplement une question de travailler là-bas, tu y vis. Tes enfants y grandissent. Tu grandis aussi en tant qu’individu. Le Canada est l’une des meilleures places au monde, les gens y sont gentils, mais il y a aussi de la pauvreté.»

Une réunion attendue

Lowry aura une première occasion de retrouver les amateurs torontois le 3 février 2022, lorsque le Heat rendra visite aux Raptors. Lowry anticipe déjà cette journée sans toutefois y porter trop d’attention, préférant se concentrer sur la tâche présente, gagner des matchs et le championnat avec sa nouvelle équipe.

«Je suis un homme près des gens, alors je sais que je serai un peu sensible et que je vais pleurer. Je ne sais pas, peut-être que je serai capable de me contenir, a lancé Lowry. J’en ai parlé à DeMar [DeRozan, son ancien acolyte avec les Raptors]. C’est l’une de ces journées lors de laquelle je sais que je vais recevoir énormément d’amour et que je vais en donner beaucoup. Ça va être intéressant parce que je n’ai aucune idée de ce qui pourrait se passer.»