Patinage

Photo : Charles Hamelin, Pascal Dion, Steve Dubois et Jordan Pierre-Gilles célèbrent après leur victoire, dimanche, en Hongrie. Crédit : Photo courtoisie

Sports amateurs

Patinage de vitesse: Les Canadiens sur le podium

Publié | Mis à jour

L’équipe canadienne au relais a fait un tabac, dimanche, à l’occasion de la dernière journée de la Coupe du monde de Debrecen en Hongrie.

Les hommes ont remporté l’or sur 5000 m pour une deuxième Coupe du monde consécutive. Un dépassement de Charles Hamelin a permis au Canada de prendre les devants avec huit tours à franchir et ses coéquipiers n’ont jamais plus regardé en arrière.

Hamelin, Pascal Dion, Steve Dubois et Jordan Pierre-Gilles formaient le quatuor canadien en finale qui a devancé la Corée et la Hongrie. 

« Je suis un vieux patineur qui réussit de nouveaux trucs, a écrit Hamelin sur ses réseaux sociaux après la course. J’ai réussi un dépassement tardif. Parce que le patineur devant moi tentait de m’embêter avec mon tracé en prenant des virages plus larges, je l’ai surpris en le dépassant par l’intérieur. En 20 ans avec l’équipe nationale, ils ne m’ont pas vu tenter cette manœuvre souvent et c’est la première fois que je la réussissais aussi bien. »

Changement important

L’entraîneur-chef de l’équipe nationale Sébastien Cross a apporté un changement à son alignement. Il a confié la mission de terminer la course à Pierre-Gilles au lieu de Dubois comme ce fut le cas lors de la Coupe du monde précédente au Japon.

« C’était une responsabilité importante et j’avais hâte de relever ce défi, a raconté Pierre-Gilles. J’étais excité, mais confiant que je serais en mesure de bien faire. Au début, j’ai été un peu surpris de la décision, mais j’aime les défis. Ce n’était pas la première fois que j’occupais ce rôle. C’est la beauté de notre équipe. Nous avons un groupe complet et plusieurs options s’offrent à nous. »

L’argent pour les femmes

Pour la première fois de la saison, l’équipe féminine est montée sur le podium au relais. Le quatuor formé d’Alyson Charles, Florence Brunelle, Courtney Sarault et Kimon Boutin a remporté l’argent derrière les Néerlandaises.

Âgée de seulement 17 ans, Brunelle a remporté ses deux premières médailles en carrière sur le circuit de la Coupe du monde. Brunelle a aussi contribué à la médaille d’argent au relais mixte plus tôt dans la journée en compagnie de Hamelin, Dubois et Camille Serres-Rainville.

« Je suis vraiment contente, a indiqué la patineuse de Trois-Rivières. Ça m’a permis de réaliser ce que ça prenait pour remporter des médailles. C’est la première fois que je rentre dans une finale avec la possibilité de remporter une médaille. Ça va m’aider dans ma préparation pour mes prochaines finales. »

« C’est normal d’avoir envie de gagner des médailles, mais ce n’est pas assez pour réussir, de poursuivre Brunelle. Tu dois savoir quels sont les aspects importants sur lesquels tu dois te concentrer pour connaître du succès. J’ai pu observer et m’inspirer de mes coéquipières qui ont vécu plusieurs finales. J’ai vécu beaucoup d’émotions et mon cœur battait extrêmement fort par moments, mais j’ai réussi à me gérer. »

Pascal Dion ne dérougit pas 

Pascal Dion a poursuivi sur sa lancée en remportant l’argent au 1000 m. Dans cette finale A à laquelle Jordan Pierre-Gilles a aussi participé, Dion n’a été devancé que par le Coréen Hwang Daeheon. 

Il s’agissait d’une troisième médaille consécutive sur 1000 m et d’une cinquième cette saison.

Dion occupe le deuxième rang au classement général. 

Les deux Canadiens ont eu une petite touchette avec deux tours à franchir alors que Pierre-Gilles a dépassé un patineur néerlandais avant d’accrocher légèrement son coéquipier, mais Dion a réussi à maintenir.

Pierre-Gilles disqualifié

« J’ai tenté un dépassement serré et j’ai peu touché Pascal, a expliqué Pierre-Gilles qui s’est qualifié pour sa première finale A en carrière sur 1000 m. J’ai perdu de la vitesse et c’est moi qui ai écopé. Les opportunités de dépasser se font rares en fin de course, mais j’aurais dû être plus patient. »

Pierre-Gilles a été disqualifié pour sa manœuvre et il a terminé au cinquième rang. À Pékin lors de la première Coupe du monde, il avait été pénalisé en finale du 500 m en raison de deux faux départs.

« Mon instinct me sert bien habituellement, mais je dois le gérer, a reconnu Pierre-Gilles. Je dois apprendre à mieux gérer ces situations. L’expérience rentre. Je suis content d’avoir montré que je suis capable de bien faire au 1000 m même si je suis étiqueté comme un patineur de 500 m. »

Chez les femmes, Courtney Sarault a croisé la ligne d’arrivée en deuxième position, mais elle a été pénalisée pour un contact lors d’un dépassement.

La prochaine compétition de patinage courte piste aura lieu la fin de semaine prochaine à Dordrecht aux Pays-Bas.