Canadiens de Montréal

Des offres ridicules à Marc Bergevin

Publié | Mis à jour

Même s'il semble de plus en plus être sur son départ de Montréal, Marc Bergevin n'est vraiment pas insensible à ce qui se passe avec son équipe.

Lors d'une entrevue avec Renaud Lavoie, samedi, le directeur général n'a pas mâché ses mots pour tenter d'expliquer les déboires des Canadiens. 

«J'ai eu des nuits blanches. Il y a des questions où c'est difficile de trouver des réponses. C'est ça le travail d'un directeur général de trouver des réponses aux succès ou aux insuccès de ton équipe. C'est difficile à comprendre. J'ai ma propre théorie, mais ça ne veut pas dire que c'est la bonne. J'ai parlé à d'autres directeurs généraux et ça regarde beaucoup à ce que je pense. Même avec les blessures, c'est inacceptable d'avoir seulement quatre victoires. Quand on regarde le dernier match, l'effort et l'engagement n'étaient pas là. Il faut faire beaucoup mieux que ça.»

L'ancien défenseur avoue qu'il n'a jamais eu l'impression que son équipe était prête et motivée, dès le premier jour de la saison. 

«Le camp d'entraînement a été moyen. Au début de la saison, je sentais que l'équipe n'avait pas d'énergie. Le fait d'avoir joué en finale, dans un environnement difficile, nous a enlevé du temps pour bien se préparer. J'ai vu des gars qui n'étaient pas prêts mentalement et pas prêts physiquement. Avec nos blessures et la moitié de l'équipe qui ne fait pas le travail, c'est impossible d'avoir du succès.»

Malgré tout, Bergevin refuse de blâmer Dominique Ducharme pour le début de saison cauchemardesque de son équipe.

«Quand je vois une équipe qui n'est pas capable de faire une passe de dix pieds, j'ai beau amené Scotty Bowman ici, ce n'est à cause de l'instructeur. La confiance d'une équipe peut l'amener loin dans les séries, quand tu crois que tu peux gagner. Quand ça va mal, ça va de l'autre côté.»

Au niveau des transactions, le directeur général soutient que ce n'est pas le temps de bouger. Il admet même avoir reçu des offres ridicules de certaines équipes.

«Ça aurait été facile d'en faire une mauvaise, avec les choses qui m'ont été présentées dans les dernières semaines. Il n'y a rien qui se présente à l'instant qui va aider les Canadiens de Montréal. Je ne ferai pas quelque chose pour hypothéquer l'avenir. Même si c'est ma dernière année de contrat, je ne vais pas commencer à faire des gestes pour moi. J'ai trop l'organisation à coeur pour faire ça. Je vais être patient, notre équipe est meilleure qu'une équipe de seulement quatre victoires. C'est à eux à faire le travail en ce moment.»

Voyez l'entrevue dans la vidéo ci-dessus.