Football universitaire RSEQ

Les Carabins heureux de patienter longuement

Publié | Mis à jour

Les Carabins de l’Université de Montréal sont en mode attente, eux qui ont droit à une semaine de congé supplémentaire avant de disputer la Coupe Uteck.

Effectivement, les trois autres conférences canadiennes ont décalé d’une semaine leur début de saison en raison de la pandémie de COVID-19. Les champions du Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ) doivent ainsi attendre que les Huskies de la Saskatchewan et les Bisons du Manitoba fassent un maître samedi, dans le cadre de la Coupe Hardy.

Les Carabins croient aussi qu’une semaine de congé – ou plutôt de préparation – supplémentaire représente un atout.

«L’avantage que nous avons avec cette semaine de congé, c’est qu’on a plus de temps pour analyser les deux équipes [qui s’affrontent dans la finale de l’Ouest]. Il y a aussi certains gars qui vont bénéficier de ce repos supplémentaire pour soigner des bobos», a affirmé le vétéran Philippe Lemieux-Cardinal lorsque son équipe a repris l’entraînement cette semaine.

Prendre de l’avance

Au football, la victoire se décide souvent à partir des petits détails. Il n’est donc pas surprenant que l’entraîneur-chef Marco Iadeluca ne soit pas frustré d’avoir sept jours de plus pour établir son plan de match, même si cela signifie plus de boulot en amont.

«Nous avons commencé à regarder les deux équipes et nous avons pris de l’avance pour avoir déjà un bout de travail de fait quand nous saurons qui sera notre adversaire», a-t-il émis.

«Ça ajoute un peu plus de travail, mais nous avons une semaine de plus pour le faire. Quand nous regardons les pour et les contre, nous ne changerions pas notre situation.»

Cette semaine sans affrontement représente toutefois un risque de perdre le rythme acquis dans les dernières semaines.

«Je pense que le fait que nous avons deux semaines de congé en saison régulière nous donne une certaine expérience pour gérer ça», a affirmé Iadeluca dont l’équipe a présenté une fiche de 1-1 après un congé en 2021.

Nouveaux rivaux, nouveaux défis

À la Coupe Uteck, les Carabins auront devant eux un adversaire qu’ils ne connaissent que très peu. C’est la réalité du football universitaire canadien, où les équipes de différentes conférences ne s’affrontent jamais, à moins d’avoir obtenu sa place en demi-finale canadienne.

Pour le quart-arrière Jonathan Sénécal, il ne s’agit pas de quelque chose négatif, bien au contraire.

«Personnellement, je trouve ça vraiment le "fun" d’affronter une équipe contre laquelle tu n’as jamais joué. C’est un peu redondant de toujours affronter les mêmes équipes. Ça va être super de jouer contre des équipes d’ailleurs», a clamé le pivot de première année.

Il s’agira aussi de jouer contre une équipe ne pratiquant pas nécessairement le même style de football qu’on retrouve dans le RSEQ.

«De ce que j’en sais, ça joue différemment dans l’Ouest, a exprimé Dimitri Morand. Les deux formations que nous pourrions affronter lancent beaucoup le ballon. Ce sont également de très gros gars. Ce n’est pas pour rien qu’on les surnomme les "bœufs de l’Ouest". Ce sera intéressant de jouer contre eux, mais nous voyons ça comme une autre étape qui nous permettra d’arriver à notre but : gagner la coupe Vanier.»