Crédit : Martin Chevalier / JdeM

LNH

Un défi qui allume Pierre-Luc Dubois

Publié | Mis à jour

Ayant pivoté le trio des Jets qui a neutralisé Connor McDavid à 5 contre 5 mardi, le Québécois Pierre-Luc Dubois attend avec impatience le deuxième duel en trois jours des siens contre les Oilers qui doit avoir lieu jeudi à Edmonton.

Flanqué de Kyle Connor et de Blake Wheeler, Dubois a inscrit un but et son trio en a fourni un total de deux dans une victoire de 5 à 2. Et si McDavid a eu des mentions d’aide sur les deux filets de Leon Draisaitl en avantage numérique, il n’a pas été en mesure de faire la différence à forces égales.

Outre sa contribution offensive, Dubois a ainsi offert du jeu inspiré lorsque les visiteurs avaient la rondelle. Ses succès contre celui qui est considéré par plusieurs comme le meilleur joueur de la Ligue nationale de hockey (LNH) lui plaisent assurément.

«J’ai joué contre lui souvent quand j’étais à Columbus. Je veux dire, pas beaucoup, nous jouions deux fois par année, mais je l'ai affronté avant, a fait valoir Dubois. Il ne cache pas ce qu’il veut faire sur la glace. Il ne cache pas ses tendances. Donc, vous savez que ce sera un gros défi, mais le plus dur, c'est que c'est 60 minutes, il n'arrête jamais de patiner. Il bouge toujours, il faut toujours avoir la tête haute pour le repérer.»

«C'est un bon défi, mais quand vous remportez une grosse victoire comme ça, c'est encore mieux.»

Tout faire

Ayant connu une saison plutôt ordinaire après avoir été acquis des Blue Jackets en janvier dernier, Dubois reprend du poil de la bête. Depuis le début de la campagne, il a récolté neuf buts et 15 points en 15 parties cette année.

L’athlète de 23 ans gagne ainsi en confiance, mais également en maturité. Il comprend donc très bien que les habiletés offensives ne sont pas toujours suffisantes pour gagner dans la Ligue nationale.

«Chaque match est différent. Chaque match, vous pouvez apporter des choses différentes, a-t-il expliqué. Je veux être le joueur qui peut jouer dans un match de 1 à 0 ou un match de 7 à 6. Je veux devenir le gars qui peut tout faire.»

Ce n’est d’ailleurs pas un hasard s’il était opposé au trio de McDavid, mardi. Son entraîneur-chef Paul Maurice lui a rendu hommage après cette victoire, indiquant que le meilleur était encore à venir pour lui.

«J'ai aimé le jeu de Pierre-Luc toute la saison. Ce match en était la continuation, a dit Maurice. Il va atteindre son apogée dans trois ou quatre ans. Il va juste continuer à grandir et à devenir plus rapide et plus fort.»