Crédit : ATP/WENN

F1

La F1 en terrain inconnu

Publié | Mis à jour

Le cirque de la Formule 1 effectuera une escale en terrain inconnu en fin de semaine à l’occasion du Grand Prix du Qatar, 20e de 22 étapes au Championnat du monde.

Il s’agit de la dernière course d’un éprouvant programme triple (trois épreuves en trois semaines) qui s’est amorcé au Mexique le 7 novembre.

À part Sergio Perez et Nikita Mazepin, aucun autre pilote du plateau actuel n’a roulé sur le circuit de Losail, situé en banlieue de la capitale Doha. Le premier y a participé à une épreuve de la série GP2 Asia, il y a dix ans, et le deuxième au championnat MRF Challenge, en 2014, à bord d’une voiture s’apparentant à une monoplace de F3. Avec l’aide de simulateurs perfectionnés, tous les engagés ont néanmoins une bonne idée de la façon d’apprivoiser ce tracé plat de 5,4 kilomètres.

Losail ne disposera que d’une zone de détection pour le système de réduction de la traînée (DRS) située dans l’enchaînement des courbes 15 et 16, cette section qui précède la longue ligne droite de départ/arrivée. Il faut s’attendre à ce que les pilotes privilégient cet endroit dimanche pour tenter de doubler un adversaire avant d’aborder le premier virage.

La course débutera au coucher du soleil, comme à Abou Dhabi où sera disputée la dernière manche de la saison le 12 décembre, et se terminera sous les projecteurs.

Un incident révisé?

L’épreuve du Qatar sera marquée par un autre épisode du duel impliquant Max Verstappen (Red Bull) et Lewis Hamilton (Mercedes) pour la course au titre. Le Néerlandais, qui tente de priver son rival d’une huitième couronne, détient une avance de 14 points aux dépens du Britannique.

L’écurie allemande a obtenu une audience mercredi auprès de la Fédération internationale du sport automobile pour démontrer que le comportement de Verstappen n’était pas approprié lors d’un dépassement controversé survenu au 48e tour du Grand Prix du Brésil

Mercedes, appuyée par une nouvelle séquence vidéo, cherche à convaincre les commissaires que Verstappen (classé deuxième à l’issue de la course principale au Brésil) méritait une pénalité.

Lance Stroll est toujours à la recherche cette année d’un premier podium (il y avait accédé à deux reprises en 2020) et d’un premier point à ses quatre dernières courses à bord de son Aston Martin. La semaine dernière, sa course a été ruinée par un accrochage, dont il n’était pas responsable selon les commissaires, l’impliquant avec le Japonais Yuki Tsunoda.

«Nous sommes concentrés sur le Qatar dont le circuit est rapide, a dit le pilote québécois, mais où les possibilités de dépassement sont peu nombreuses. Il sera donc crucial de faire belle figure samedi lors de la séance de qualifications.»