LNH

«J'ai vécu un petit stress» - Jakob Pelletier

Publié | Mis à jour

Retranché plus rapidement qu’il ne l’aurait espéré des Flames de Calgary lors du dernier camp, l’attaquant Jakob Pelletier avait deux options : s’apitoyer sur son sort ou se retrousser les manches. Il a choisi la seconde.

À son deuxième camp professionnel avec les Flames, Pelletier avait de grandes ambitions cette année. Toutefois, il n’a pas été en mesure de démontrer son vrai visage aux dirigeants de l’équipe, qui ont pris la décision de l’envoyer à Stockton le 3 octobre.

«J’ai été coupé vite et ce n’est pas ce que je voulais. Je n’ai pas connu le meilleur camp du monde. On dirait que j’étais stressé de faire des jeux.»

«J’ai trouvé ça bizarre parce que si je n’étais pas dans ma meilleure forme physique à vie, je n’étais pas loin. J’étais plus fort physiquement, plus prêt et je me sentais bien. C’est ça que j’ai trouvé plate», a-t-il mentionné lors d’un entretien téléphonique avec Le Journal, mercredi.

Rôle clé

Signe que les Flames ont son développement à cœur : dès son arrivée à Stockton, toutefois, il s’est vu confier un rôle important. Utilisé en ce moment à la gauche d’Adam Ruzicka, sixième pointeur de la ligue avec 15 points en 11 matchs, et Matthew Phillips, l’ancien des Wildcats de Moncton et des Foreurs de Val-d’Or estime qu’il a trouvé son rythme de croisière.

«C’était important pour moi en arrivant ici de mettre mon camp de côté et de démontrer ce que j’étais capable de faire contre des professionnels. Plus la saison avance, plus je me sens à l’aise. Je me suis adapté au calibre et c’est ce qui fait que je connais du succès, et l’équipe aussi. Mon but est de montrer que je peux jouer en haut», a raconté celui qui partage un appartement avec un autre choix de première ronde des Flames, Connor Zary.

Effectivement, le Heat fait partie des meilleures formations de la LAH, n’ayant toujours pas subi la défaite en temps réglementaire en 11 matchs cette saison (9-0-2).

Les Flames ont été engagés dans le derby à l’obtention de Jack Eichel jusqu’à la toute fin, selon les journalistes les mieux branchés de la LNH.

Rumeurs

D’ailleurs, plusieurs rumeurs ont circulé voulant que les Flames étaient prêts à céder certains de leurs meilleurs espoirs pour faire l’acquisition du centre vedette, qui est finalement devenu un membre des Golden Knights de Vegas. Jakob Pelletier avoue avoir vu son taux de stress grimper lors de cette période.

«J’ai suivi ça et je ne cacherai pas que j’ai vécu un petit stress. J’ai pensé que ce serait peut-être moi qui partirais. Au final, j’étais bien content de rester.»