Crédit : AFP

Hockey

Hockey: du 3 contre 3 aux Olympiques?

Publié | Mis à jour

Nouvellement arrivé à la tête de la Fédération internationale de hockey sur glace (IIHF), le Québécois Luc Tardif travaille actuellement sur un projet de tournoi olympique à 3 contre 3.

Ayant remplacé au mois de septembre le Suisse René Fasel à la présidence de l’organisation, Tardif a jeté les bases de ce projet, mardi, à l’occasion de la conférence de Primetime Sports Management, à Toronto.

Celui qui habite en France depuis plus de 40 ans souhaite ainsi diversifier l’offre de contenu, tout comme ce fut le cas avec le rugby (tournoi à sept) et le basketball (tournoi à 3 contre 3) récemment. Une proposition a d’ailleurs été soumise au Comité international olympique (CIO), qui l’étudie actuellement.

«Nous y croyons vraiment, a-t-il martelé, selon des propos rapportés par le réseau Sportsnet. Je pense qu'il est important d'apporter un nouveau format. En ce moment, les jeunes zappent. Il préférerait deux matchs d’une heure plutôt qu’un match de 2 h 30 min. Ils suivent à la télévision quatre matchs à la fois. Donc, nous devons essayer d'apporter un nouveau format.»

Attention à la COVID-19

Négligé dans la course à la direction, Tardif a rapidement reçu les félicitations du commissaire de la Ligue nationale de hockey (LNH) Gary Bettman.

Depuis, il communique régulièrement avec lui pour mettre en place les protocoles de COVID-19 qui permettront aux joueurs du circuit de participer aux Jeux olympiques de Pékin, l’hiver prochain, dans le tournoi traditionnel de hockey.

Les choses semblent se développer positivement quant à la participation de la LNH à ces Jeux, mais comme l’a rappelé Tardif, personne n’est jamais à l’abri d’une mauvaise surprise.

«J'espère – croisons les doigts – que nous n'allons pas être dérangés par une cinquième vague ou quelque chose comme ça, parce que c'est la seule chose qui peut arrêter [la participation à la LNH]», a-t-il fait valoir.

«Je pense que nous aurons les meilleurs joueurs aux prochains Jeux olympiques. Je suis un peu inquiet, car il y a des cas [positifs]. Mais le protocole est là, on a l'expérience de Tokyo cet été, et je suis confiant.»

Les JO doivent avoir lui du 4 au 20 février, en Chine.