Photo : William Rousseau Crédit : Photo Agence QMI, Marcel Tremblay

LHJMQ

Remparts: William Rousseau a forcé la main de Patrick Roy

Publié | Mis à jour

Le gardien William Rousseau a gagné la confiance de Patrick Roy. Son jeu, jumelé à une séquence difficile du vétéran Fabio Iacobo, a convaincu l'état-major des Remparts de lui confier le départ de mercredi soir face à l'Océanic de Rimouski. 

Jusqu’ici, les Remparts avaient confié la majorité des premiers départs d’une séquence à Iacobo, laissant un match à Rousseau par fin de semaine. Le gardien de 20 ans n’a toutefois pas récolté la victoire à ses quatre derniers départs. Au cours du mois de novembre, il présente une fiche de 0-3, a accordé en moyenne 4,57 buts par match et présenté un pourcentage d’arrêts de 0,821.

«William nous force la main, a expliqué Roy mardi matin. Il joue avec plus de confiance que Fabio en ce moment. On n’a pas lancé la serviette dans son cas, mais Fabio va avoir des choses à prouver. L’an dernier, à Victoriaville, il s’est fait tasser par Nikolas Hurtubise. On ne fait pas de cadeau à personne dans les buts. Il n’y en a qu’un qui joue et William est en mission. Présentement, il mérite de jouer ce match.» 

Conscient que son jeu n’est pas à point, Iacobo ne s’est pas défilé. 

«Je suis le premier à le dire, je joue comme un pee-wee en ce moment et les rebonds ne me sont pas favorables. Je dois continuer à travailler et à me battre. Je ne vais pas m’assoir ici et pleurer sur mon sort. Je sais que je peux être meilleur et je sais que je vais l’être. Je sais que je suis un bon gardien et je crois en moi. Je comprends la décision mais je sais que je suis meilleur que ce que j’ai fait récemment.» 

Rousseau en confiance

De son côté, Rousseau voit les résultats de la nouvelle approche qu’il a décidé d’adopter, cette saison, après une année difficile l’an dernier. 

«Cette année, j’ai décidé de me concentrer à offrir un niveau de compétition élevé à chaque entrainement. Je veux arrêter le plus de caoutchouc possible. Avec ça, tu arrives fin prêt et confiant en tes moyens. Tu sens que tu es le meilleur gardien au monde et c’est le sentiment que tu veux avoir, de sentir que tu peux tout arrêter», a-t-il expliqué. 

En sept présences cette saison, Rousseau a remporté cinq victoires et subit un seul revers, en plus d’affiche une moyenne de buts alloués de 2,04 et un pourcentage d’arrêts de 0,921. Sans dénigrer son travail, il a toutefois été utilisé deux fois contre le Drakkar de Baie-Comeau, dernier au classement général, et deux fois face aux Saguenéens de Chicoutimi, une équipe de milieu de peloton. 

«C’est un nouveau défi pour moi et je l’accueille à bras ouverts, a-t-il admis. Je hâte de prouver ce que je peux faire dans ces matchs-là.» 

Pour revenir à Iacobo, il n’a pas l’intention que la situation des gardiens crée une distraction dans le vestiaire. 

«Je suis un coéquipier. C’est certain que je voudrais être devant le filet comme tous les gardiens de la ligue. Par contre, je vais essayer de voir le bon côté des choses et me dire que je peux être là pour mes coéquipiers et les encourager. Je serai le partisan no. 1 de William. C’est tout ce que je peux faire», a mentionné le gardien montréalais qui a finalement reçu ses nouvelles jambières aux couleurs des Remparts, après que leur livraison eut été ralentie de plusieurs mois en raison de longs délais avec le fournisseur chinois.