NFL

NFL: les équipes de pointe en panne

Publié | Mis à jour

Selon toute vraisemblance, les équipes de pointe de la NFL connaissent un certain relâchement depuis quelques semaines.

C’est du moins l’opinion de l’expert football du réseau TVA Sports Denis Casavant, qui a fait ce constat dans la plus récente baladodiffusion «Du champ gauche».    

«On dirait qu’il y a un relâchement et moins d’attention aux détails, a analysé le journaliste. La concentration à l’entraînement n’est peut-être pas là. Quand tu commences ta saison en force, tout le monde est motivé et veut connaître un bon départ. Là, on arrive à la période de l’année où on réalise qu’il reste encore beaucoup de football à jouer.»

«Il y a un relâchement chez les équipes qui ont connu un bon début de saison et qui sont en tête de leur section présentement.»

Pour soutenir ses arguments, Casavant revient notamment sur des défaites gênantes subies par les Buccaneers de Tampa Bay, les Bills de Buffalo et les Cowboys de Dallas.

Impressionné par les «Pats»    

À l’inverse, Casavant s’est dit franchement impressionné par le retour en force des Patriots de la Nouvelle-Angleterre.

Dimanche dernier, l’équipe de l’entraîneur-chef Bill Belichick a dominé les Browns de Cleveland 45 à 7 et a ainsi signé un quatrième gain consécutif. La tenue du jeune quart-arrière Mac Jones a d’ailleurs retenu l’attention de Casavant.

«Évidemment, Mac Jones n’amasse pas régulièrement 350 ou 400 verges de gains, mais il récolte les victoires. C’est ça, le plus important!»

L’animateur a aussi comparé le rendement du pivot des «Pats» avec celui des autres quarts-arrière sélectionnés au premier tour du dernier repêchage de la NFL.

«Les quatre premiers pivots repêchés ont une fiche combinée de cinq victoires et 18 défaites. Pendant ce temps, Mac Jones a six victoires et quatre revers.»

-Casavant a aussi parlé du retour victorieux de Cam Newton chez les Panthers de la Caroline et est également revenu sur la victoire des Carabins de l’Université de Montréal sur le Rouge et Or de l’Université Laval à la Coupe Dunsmore.