Crédit : AFP

NFL

Les Patriots sont de retour

Publié | Mis à jour

La saison dernière, nombreux sont ceux qui ont cru qu’après 20 années de succès, les Patriots amorçaient finalement une longue déchéance. À la lumière des dernières semaines et de leur victoire écrasante de 45-7 face aux Browns hier, il semble que la machine est bien repartie.

Après six matchs, les Patriots montraient un dossier de deux victoires et quatre défaites. Tout indiquait qu’ils allaient devoir continuer de manger leur pain noir en se tapant la phase d’apprentissage nécessaire du quart-arrière recrue Mac Jones.

Quatre semaines et quatre victoires plus tard, les Patriots sont à 6-4 et leurs espoirs de prendre part aux séries éliminatoires deviennent totalement légitimes. Mieux encore, Mac Jones progresse à la vitesse V et face aux Browns, il a connu son meilleur match de la saison. Le pivot a effectué 19 de ses 23 passes pour 198 verges et surtout, trois passes de touché.

Son plomb au receveur Kendrick Bourne entre deux joueurs défensifs a illustré exactement ce que les Patriots ont vu en lui : un passeur capable de précision chirurgicale et doté d’un excellent sens de l’anticipation.

Les Patriots ont inscrit des touchés sur une séquence offensive qui a grugé 9 min 39 s au cadran et sur une autre qui s’est étirée sur 99 verges. C’était leur marque de commerce avec Tom Brady.

Effort d’équipe

Le jeu de Jones a bien sûr retenu l’attention, mais il est loin d’être le seul à avoir apposé sa signature sur ce massacre en règle.

Une autre recrue, le porteur de ballon Rhamondre Stevenson, a connu un fort match avec 100 verges au sol et deux touchés, en plus d’avoir capté quatre passes.

Le jeu au sol des Patriots, pourtant privés de Damien Harris, a produit 184 verges et il s’agit d’un huitième effort d’au moins 100 verges cette saison. Le champ-arrière épaule Jones à merveille et lui enlève ainsi une tonne de pression des épaules.

Pour en revenir à Jones, le fait qu’il ait connu son meilleur match de la campagne n’est clairement pas étranger au fait que la ligne offensive a aussi offert une tenue impeccable. Selon ESPN Stats & Info, le jeune quart-arrière s’est retrouvé sous pression sur seulement trois jeux sur les 25 fois où il a eu le ballon entre les mains. Pourtant, la défensive des Browns était celle, avant la rencontre, qui appliquait le deuxième plus haut taux de pression (34 %) sur les quarts adverses.

Pour démontrer à quel point tout roule pour les Patriots, même le receveur Jakobi Meyers a enfin goûté à la zone des buts. Enfin, car il était détenteur d’un record peu enviable avec 134 réceptions sans avoir inscrit de touché auparavant dans sa carrière !

La défensive des Patriots a aussi participé à la fête en limitant les Browns à 217 verges et à une seule conversion de troisième essai en 11 tentatives. Là aussi, de jeunes joueurs sont en train de forger un solide noyau, comme le maraudeur Kyle Dugger (huit plaqués, une interception) et le plaqueur Christian Barmore (quatre plaqués). L’ajout du vétéran Matt Judon continue aussi de rapporter.

Lutte à venir ?

Pour le moment, les Bills, qui ont aussi écrasé leurs adversaires, sont toujours l’équipe qui doit être considérée comme favorite pour enlever les honneurs de la division Est de l’AFC. Sauf que les Patriots, qui semblaient presque imperceptibles dans le rétroviseur, se rapprochent dangereusement.

Si vraiment Mac Jones continue de progresser, les outils semblent en place autour de lui pour que l’équipe connaisse une autre période fructueuse de plusieurs années. Bill Belichick devra dénicher des ailiers espacés capables de réaliser de gros jeux, ce qui n’a jamais été sa force.

Il y a ici et là quelques trucs à peaufiner, bien sûr. Le train est cependant de retour sur les rails. Cette ligue ne se débarrassera pas si facilement de Bill Belichick et sa bande.

GAGNANTS

Les Packers

En plus d’imposer un premier jeu blanc aux Seahawks, leur victoire les a positionnés au sommet de la montagne de la conférence nationale. L’attaque a été timide, mais la défensive a rarement joué à ce niveau dans l’ère Aaron Rodgers.

Les Cowboys

Quelle belle façon de prouver que la débarque de la semaine dernière n’était qu’une mauvaise journée ! En rossant les Falcons 43-3, la défensive a réussi trois interceptions et l’attaque a gagné 431 verges en plus d’inscrire cinq touchés. Un effort complet.

Josh Allen

Les Bills étaient dus pour une performance à la hauteur et Josh Allen s’est assuré que ce soit le cas grâce à un match étincelant. Avec des gains de 366 verges, deux passes de touché et 75 % de ses passes effectuées, le quart-arrière a été constamment en contrôle face aux Jets.

DeVonta Smith

Le receveur recrue des Eagles continue de bien jouer, lui qui a ajouté deux touchés face aux Broncos. Sans parler d’une saison à tout casser, il joue avec un quart-arrière inexpérimenté en Jalen Hurts et il contribue.

Les Vikings

Kirk Cousins a été efficace (294 verges, 2 touchés) et la défensive a très bien joué pour limiter les dégâts face à Justin Herbert. Dans la conférence nationale, le dernier billet pour les séries demeure accessible.

PERDANTS

Les Buccaneers

Les Buccaneers ont laissé échapper un duel qu’ils devaient gagner contre Washington. Tom Brady a lancé deux interceptions et l’attaque aérienne n’a généré que huit premiers jeux.

Baker Mayfield

Le pauvre quart-arrière des Browns a mal paru face aux Patriots, avec une interception, quelques passes errantes et seulement 73 verges de gain avant de se blesser au troisième quart. Une rude journée au bureau !

Chase Young

Parlant de rude journée au travail, l’ailier défensif Chase Young est tombé au combat et tout indique qu’il aurait subi une déchirure du ligament croisé antérieur (genou). Sa saison risque donc d’être terminée au moment où Washington a montré signe de vie en défensive.

Lions et Steelers

Les Lions n’ont pas perdu ! Mais bon, ils n’ont pas gagné non plus. Et ce duel face aux Steelers avait de quoi faire saigner les yeux des partisans des deux clubs. Les deux attaques aériennes sont atroces. Les erreurs se sont multipliées. Et tout verdict nul devrait être condamné.

Russell Wilson

Son retour était attendu avec impatience, mais le quart-arrière des Seahawks n’a rien cassé dans le climat hivernal de Green Bay, avec seulement 50 % de ses passes effectuées, 161 verges et deux interceptions. À 3-6, les Seahawks sont sous respiration artificielle.

5 JEUX DE LA SEMAINE

1. CAM DE RETOUR !

Cam Newton est bel et bien de retour. Même si c’est PJ Walker qui agissait comme quart-arrière partant des Panthers, Newton a trouvé le moyen de se faire remarquer à son premier match. Utilisé surtout à la porte des buts, il a lancé une passe de touché et couru pour un touché de deux verges au terme duquel il a retiré son casque en hurlant : « Je suis de retour ! ». Le geste a valu 15 verges de pénalité, mais Newton a ajouté à son propre record, avec un 43e match avec au moins un touché au sol et un par la passe.

2. SOLIDE SÉQUENCE

L’équipe de Washington a causé la surprise en renversant les Buccaneers et le fait saillant de cette victoire se résume à la dernière série offensive. Les Bucs venaient d’inscrire un touché pour se rapprocher à quatre points de Washington, mais à leur tour avec le ballon, ceux-ci se sont assuré d’enlever toute chance à leurs rivaux en égrainant 10 min 26 s, sur 19 jeux qui ont franchi 80 verges.

3. BOTTÉ BLOQUÉ

Les Colts ont eu plus chaud que prévu face aux Jaguars. Le jeu qui a changé la donne est survenu grâce aux unités spéciales. Les Jaguars ont procédé à un botté de dégagement au premier quart et le joueur des Colts E.J. Speed a fait honneur à son nom en explosant de la ligne de mêlée pour aller bloquer et recouvrir lui-même le ballon, avant de le ramener dans la zone des buts pour un touché crucial.

4. PROBLÈME D’ARBITRAGE

Les controverses d’arbitrage se multiplient cette saison. Dans la victoire des Titans face aux Saints, une pénalité pour avoir rudoyé le quart-arrière a été appelée sur un jeu qui a privé les Saints d’une interception. Le secondeur Kaden Elliss a rejoint le quart-arrière Ryan Tannehill une fraction de seconde après sa passe et l’a frappé dans les règles de l’art, mais a été puni.

5. SLAY SALUE TEDDY...

Au troisième quart, les Broncos se démenaient pour rejoindre les Eagles, en avance par un seul touché. Melvin Gordon a toutefois laissé échapper le ballon, récupéré en défensive par Darius Slay. Slay a retourné le ballon sur 83 verges pour donner un bon coussin aux siens. Sur son retour, il faut souligner l’absence lamentable d’effort du quart-arrière Teddy Bridgewater pour faire semblant de tenter de le plaquer.