Crédit : Photo d'archives, AFP

Tennis

Le top 10 pour Félix Auger-Aliassime

Publié | Mis à jour

Félix Auger-Aliassime avait comme objectif de terminer la saison au sein du top 10 mondial. Depuis lundi, le joueur de 21 ans peut dire mission accomplie : le voici 10e raquette de l’ATP, un sommet dans sa jeune carrière. Et il est le premier Québécois à pouvoir se targuer de ce fait d’armes.

«Depuis qu’il a 11 ou 12 ans, nous, à commencer par Louis Borfiga, pensions qu’il avait un potentiel de top 10, souligne Eugène Lapierre, vice-président du tennis professionnel pour Tennis Canada. Il a toujours eu des habiletés largement au-dessus des jeunes de son âge.»

La défaite en demi-finale de Félix à Stockholm, la semaine dernière, face à son bon ami et compatriote Denis Shapovalov, lui a permis de faire ce saut crucial d’une place au classement masculin.

Le choix d’aller en Suède disputer un dernier tournoi n’est d’ailleurs pas anodin.

Félix hésitait entre cette ultime chance d’engranger de précieux points au classement cette saison ou encore représenter le Canada à la Coupe Davis à Madrid en décembre, une c ompétition par pays pour laquelle il a finalement déclaré forfait dimanche.

Le bon choix

D’un point de vue personnel, le Québécois semble avoir fait le bon choix.

Le voici maintenant parmi les 10 meilleurs joueurs de la planète, entouré de noms comme ceux de Novak Djokovic, Rafael Nadal, Daniil Medvedev, Stefanos Tsisipas et Alexander Zverev.

Et, à 21 ans, il est le plus jeune à y figurer en ce moment. Le deuxième joueur le moins âgé du top 10 est le Norvégien Casper Ruud, à 22 ans, presque 23.

«Ce qui m’impressionne, c’est que Félix savait depuis longtemps qu’il était talentueux, ajoute M. Lapierre. Alors depuis longtemps, il joue avec de la pression. Mais il a toujours progressé de façon assez égale. Il n’a jamais régressé.»

Le joueur originaire de L’Ancienne-Lorette a dû grimper 11 échelons au cours des 12 derniers mois (voir boîte info) pour atteindre son objectif.

Sa progression au classement a été accélérée par sa demi-finale aux Internationaux des États-Unis, en septembre, mais aussi par les deux finales auxquelles Félix a pris part cette année, à Stuttgart et Melbourne 2.

Un exploit en soi, affirme Jacques Hérisset, l’un des grands bâtisseurs du tennis à Québec et un proche de la famille Aliassime.

«Je lui ai écrit ce matin : “Avec ceux qui étaient devant toi quand tu étais 21e, et ceux qui étaient derrière toi, qui ne sont pas des imbéciles, qui veulent grafigner aussi pour aller chercher le top 10, c’est tout un accomplissement d’avoir réussi”», raconte M. Hérisset.

La suite sera plus dure

Et la suite risque d’être encore plus difficile. Car plus un joueur se rapproche du sommet du classement, plus les points sont durs à soutirer à ceux qui figurent déjà parmi les 10 meilleurs.

«Il faut que tu fasses des prouesses, pointe Jacques Hérisset. Et il y a les blessures, qui sont le pire ennemi de l’athlète. Rien ne garantit que tu seras en santé toute l’année à la vitesse que ça va maintenant dans ce sport-là.»

Pas de titre ? Pas grave !

Bien sûr, Félix figure depuis lundi parmi les 10 meilleurs joueurs de la planète, mais un trou demeure dans son palmarès : le Québécois est toujours en quête d’un premier titre de l’ATP.

Pas grave, croit M. Hérisset. La progression au classement du jeune homme sans avoir encore soulevé un trophée du circuit masculin témoigne plutôt de sa constance.

«On s’en fout, qu’il soit top 10 sans avoir remporté de titre», lance celui qui a tenu les rênes de son académie de tennis pendant près de 45 ans.

«C’est sûr que lorsqu’il en remportera un, il débouchera le champagne, ce sera un accomplissement. Mais trouve-moi des joueurs qui ont fait huit finales à son âge. Ce n’est pas facile.»

UN BOND DE 11 PLACES EN UN AN

 15 novembre 2021 : 10e

 28 décembre 2020 : 21e

 30 décembre 2019 : 21e

 31 décembre 2018 : 108e

 25 décembre 2017 : 162e

 26 décembre 2016 : 613e

 28 décembre 2015 : 742e