Balados

Canadiens: du positif malgré tout

Publié | Mis à jour

Le Canadien de Montréal était 30e au classement général de la Ligue nationale de hockey (LNH) avant les matchs de lundi, mais Louis Jean et Alexandre Picard perçoivent malgré tout des aspects positifs dans le jeu de l’équipe.

La troupe de Dominique Ducharme a subi deux revers en autant de jours samedi et dimanche en s’inclinant 3 à 2 en prolongation contre les Red Wings à Detroit et 5 à 2 face aux Bruins à Boston. Elle n’a ainsi remporté que quatre de ses 17 parties cette saison.   

Si les statistiques ne sont pas très avantageuses, Jean et Picard estiment cependant que les efforts et le travail sont au rendez-vous.

«Si on regarde le début de la saison, on voit des signes encourageants, a dit Jean lors du plus récent épisode du balado "Temps d’arrêt". On voit une équipe qui compétitionne, on voit de l’engagement, du premier au dernier joueur, soir après soir, mais les résultats demeurent les mêmes.»

«S’il y a du positif, on voit que les joueurs n’ont pas abandonné, a ajouté Picard. On voit un certain effort. Je crois que les joueurs veulent s’en sortir.»

Contribution surprise   

Ainsi, certains éléments ressortent du lot, à commencer par la contribution des deux derniers trios de l’équipe.

«Les surprises et les points positifs, c’est l’apport des joueurs de soutien, a analysé Picard. Le quatrième trio, quand tu regardes les deux matchs en fin de semaine, il y a [Ryan] Poehling qui marque un but samedi sur une belle passe de [Michael] Pezzetta. Puis, Pezzetta, contre les Bruins, marque son premier but.»

«Si tu regardes les matchs du week-end, les meilleurs pointeurs sont Pezzetta, [Chris] Wideman, [Joel] Armia et [Artturi] Lehkonen avec deux points. Après, tu as Poehling, [Josh] Anderson et [Adam] Brooks avec un point.»

Bien évidemment, cette production des joueurs ayant des rôles plus effacés ne parvient pas à compenser la panne sèche des principales têtes d’affiche de la formation.

«On a besoin d’une production offensive de ces gars-là si on veut donner à cette équipe une chance de gagner. Tu ne donnes pas beaucoup de marge de manœuvre à tes gardiens Samuel Montembeault et Jake Allen lorsque tu marques seulement deux buts par match», a avancé Picard.