FOOTBALL-NFL-NYJ-BUF/

Crédit : Photo USA TODAY Sports

NFL

Un cauchemar pour les Jets

Publié | Mis à jour

À ses débuts avec les Jets de New York, Laurent Duvernay-Tardif n’a pu que constater à quel point la vie sera différente. Le cinglant revers de 45-17 a rappelé que malgré quelques signes encourageants dernièrement, l’apprentissage risque d’être pénible pour un bon moment.

Le garde québécois n’y est bien sûr pour rien dans ce triste résultat. Même s’il a été en uniforme, un exploit en soi après avoir eu peu de temps pour se familiariser avec un nouveau système offensif, il n’a pas disputé un jeu à l’attaque. 

Duvernay-Tardif a sauté sur le terrain à trois reprises seulement, sur les unités spéciales, en situation de bottés de placement et de transformation.

Greg Van Roten, qui est le titulaire du poste de garde à droite depuis le début de la saison, n’a toutefois pas connu un grand match et « LDT » pourrait fort bien le supplanter dans un avenir rapproché.

Pour l’instant, il a été contraint de peaufiner son acclimatation en observant des lignes de côtés.

Malheureusement, en raison des restrictions relatives à la COVID-19, les vestiaires des équipes demeurent fermés aux journalistes après les matchs et un nombre restreint de joueurs sont amenés en points de presse. La demande du Journal de s’entretenir avec Duvernay-Tardif a été déclinée.

White atroce 

De toute façon, le sympathique géant aurait eu toute une tâche devant lui pour trouver des mots positifs après la prestation qu’a offerte sa nouvelle équipe.

Récemment, il y avait bien le quart-arrière Mike White qui semblait parti pour la gloire en suscitant l’espoir des partisans. Son match de quatre interceptions va calmer les ardeurs des partisans qui ont massivement quitté le MetLife Stadium au troisième quart.

Visiblement, dès que la recrue Zach Wilson (blessé à un genou) retrouvera la santé, il sera ramené dans la mêlée. Dans le marasme, s’il y a une bonne nouvelle, c’est qu’il y a clarté sur la question des quarts-arrières.

«Nous avons obtenu de très belles victoires cette saison, mais il y a aussi des matchs comme celui-là qui ne démontrent pas qui nous sommes vraiment comme équipe.

«J’ai laissé le pointage dicter mes décisions et c’est ma responsabilité de rester calme dans ces moments. Si Zach revient, je vais le soutenir», a débité White, le visage tuméfié à force d’encaisser les coups.

Une défensive inquiétante 

Que White, Wilson ou Joe Montana soit au poste de quart pour les Jets, ça ne changera rien si la défensive continue de distribuer les cadeaux.

À ses quatre derniers duels, elle a accordé 54 points aux Patriots, 31 aux Bengals, 45 aux Colts et 45 aux Bills.

Le quart-arrière des Bills, Josh Allen, a obtenu une moyenne ronflante de 17,4 verges par passe complétée. Le jeu au sol a tabassé les Jets à l’aide de 139 verges. Les Bills ont gagné 489 verges, et cette saison, les Jets atteignent un record de médiocrité dans l’histoire de leur franchise en concédant en moyenne 32,9 points et plus de 400 verges.

La tertiaire est particulièrement généreuse pour les receveurs adverses, et d’ailleurs, Stefon Diggs (8 réceptions, 162 verges) et Gabriel Davis (3 réceptions, 105 verges) ont dévoré Brandin Echols et Javelin Guidry toute la journée.

Il serait facile d’affirmer que la défensive des Jets est trouée comme un fromage suisse, mais elle a plutôt des airs de fromage à pâte molle.

«Il nous reste huit matchs pour trouver des solutions. Nous voulons voir une progression de semaine en semaine dans ce système défensif, et de toute évidence, ça ne fonctionne pas», a déploré l’entraîneur-chef Robert Saleh.

Patience de mise 

Au dernier repêchage, les quatre premiers choix des Jets ont été des joueurs offensifs, pour tenter de relancer une unité qui en arrachait. Probablement qu’il faudra inverser le scénario le printemps prochain.

Quoi qu’il en soit, Laurent Duvernay-Tardif devra apprivoiser une nouvelle réalité. Durant ses saisons comme partant à Kansas City, soit de 2015 à 2020, il avait connu une seule défaite encore plus écrasante, le 2 octobre 2016, par la marque de 43-14 face aux Steelers.

Tous les jours ne seront pas si sombres et le garde s’est dit très encouragé de se retrouver à New York en entrevue avec Le Journal deux jours avant le match.

Il est maintenant impatient d’avoir l’opportunité de redresser la barque.