Crédit : AFP

LNH

Marian Hossa : du hockey à... la boxe

Publié | Mis à jour

Venu de la Slovaquie pour son intronisation au Temple de la renommée du hockey, Marian Hossa n’allait pas participer à l’événement sans son complice de toujours, son petit frère Marcel.

Les deux frangins ont ainsi enfilé les patins, dimanche après-midi, à la Classique des légendes présentée au Scotiabak Arena, à Toronto. 

«Toute ma famille est ici à Toronto pour l’intronisation et Marcel est un morceau important pour moi, a reconnu Marian, qui a deux ans de plus que celui ayant joué 59 matchs avec le Canadien de Montréal entre janvier 2002 et novembre 2003. Je me souviens quand nous étions jeunes, on jouait au mini-hockey dans le petit appartement où nous avons grandi. Et nous avons toujours été près l’un de l’autre, nous avons une belle relation fraternelle.»

«J’étais un peu inquiet de voir comment j’allais être sur la glace après quatre ans à ne pas avoir joué un match, mais c’est comme du vélo, ça ne s’oublie pas», a par ailleurs affirmé Marian qui, une fois la présentation officielle effectuée, est allé revêtir son équipement pour participer à la Classique des légendes.

Un coup dans les côtes 

Dans les dernières années, celui qui s’est retiré officiellement du hockey professionnel en mai 2018, en raison d’une maladie cutanée s’apparentant à l’eczema (ce qui le forçait à prendre des médicaments et effectuer régulièrement des tests sanguins), a gardé la forme autrement. Avec son frère Marcel.

«Mon frère et moi faisons de la boxe ensemble, deux fois par semaine, a mentionné Marian. Je voulais faire quelque chose que je n’avais jamais fait... On ne se frappe pas à la tête, mais on s’attaque au corps. Marcel m’a d’ailleurs atteint assez solidement dans les côtes, la semaine dernière, et j’ai dû prendre congé pendant quelques jours.»

Évidemment, Marian Hossa ne vise ni une carrière de boxeur, ni une présence éventuelle au Temple de la renommée de la boxe. Son intronisation au Panthéon du hockey, qui aura lieu lundi, le comble amplement. Il deviendra alors officiellement le troisième joueur natif de la Slovaquie à s’y retrouver, après Stan Mikita et Peter Stastny.

Trois finales consécutives... avec trois clubs 

Au sujet de sa carrière dans la Ligue nationale de hockey (LNH), ponctuée de 1134 points en 1309 matchs de saison régulière, Hossa a connu ses meilleurs moments avec les Blackhawks de Chicago, avec lesquels il a remporté trois fois la coupe Stanley (2010, 2013 et 2015). Il s’agissait là d’un bel accomplissement et d’un certain soulagement après avoir perdu en finale en 2008, avec les Penguins de Pttsburgh contre les Red Wings de Detroit, puis encore en 2009, cette fois avec les Wings... contre les Penguins.

«C’était un peu difficile mentalement et la deuxième finale, en 2009, était encore plus dévastatrice pour moi car nous avions perdu le septième match par un seul but, a avoué le futur intronisé. Tu ne peux pas être plus près. La pilule avait été difficile à avaler, mais j’ai voulu apprendre de ça pour être meilleur et une fois avec les Blackhawks, j’ai participé à une troisième finale consécutive et j’ai enfin gagné. J’étais tellement heureux.»

Hossa et les Blackhawks allaient éventuellement réaliser deux autres conquêtes. Dans le cas de Marcel, il n’a peut-être jamais gagné la coupe Stanley, mais il a néanmoins joué un total de 237 matchs dans la LNH.