Crédit : BENOÎT RIOUX/AGENCE QMI

LNH

Jarome Iginla : un joueur en or

Publié | Mis à jour

Calme et très généreux de son temps, Jarome Iginla savoure pleinement son intronisation au Temple de la renommée du hockey ces jours-ci à Toronto.

Si sa carrière dans la Ligue nationale de hockey (LNH) a été sensationnelle, son rôle avec l’équipe canadienne à différentes compétitions internationales a certainement contribué à lui ouvrir toutes grandes les portes du Panthéon. Il compte notamment deux médailles d’or olympiques (2002 et 2010) et une autre au Championnat mondial de hockey junior (1996). 

«Si j’avais à choisir la plus précieuse, ce serait l’une remportée aux Olympiques, mais je n’arrive pas à déterminer laquelle», indique Iginla, qui a principalement joué pour les Flames de Calgary dans la LNH. 

Aujourd’hui âgé de 44 ans, l’Albertain est notamment celui qui avait alimenté Sidney Crosby pour son fameux but en or en finale des Jeux de Vancouver, en 2010. 

«Ce n’était pas la passe la plus spectaculaire de ma carrière, mais ça fait partie des moments dont tu rêves quand tu es jeune, note-t-il. Ça s’était terminé de la bonne façon, au Canada, devant la foule locale. C’est un moment que je n’oublierai jamais, c’est certain.» 

Souvenirs de 2002 

À Salt Lake City, en 2002, Iginla n’avait que 24 ans et il se souvient avoir été impressionné de compter parmi ses coéquipiers les Mario Lemieux et Martin Brodeur, entre autres. 

«C’était tellement fantastique de faire partie de cette équipe, se remémore-t-il, précisant qu’on avait profité de l’occasion pour offrir au pays une première médaille d’or olympique en 50 ans par la formation canadienne de hockey masculin. Je marchais dans ce vestiaire et je voyais les chandails de Mario Lemieux, Steve Yzerman et Joe Sakic... Nous avions eu un début de tournoi difficile et j’ai tellement appris en les regardant et en voyant leur leadership et leur façon de réagir à l’adversité.» 

Iginla s’était lui-même démarqué dans un gain de 5 à 2 de l’équipe canadienne en finale contre les États-Unis avec deux buts et une mention d’aide. 

«C’est drôle de savoir qu’Iginla était impressionné, car moi je l’étais, mais lui, il ne laissait rien paraître, témoigne le Québécois Simon Gagné, qui a participé deux fois aux Jeux olympiques avec Iginla (2002 et 2006). C’était mon co-chambreur à Salt Lake City et nous étions avec Sakic et Brodeur. On avait développé rapidement une amitié tous les quatre.» 

«Iginla est un gars qui pouvait tout faire sur la patinoire, un meneur à la Mark Messier, il pouvait jouer dur, mais ce que plusieurs ne savent pas, c’est qu’il est l’une des personnes les plus calmes et douces que tu peux rencontrer dans ta vie, ajoute Gagné. C’est vraiment une bonne personne.» 

Un gagnant 

Aux Jeux de Turin, où le Canada avait été privé d’un podium, Gagné et Iginla faisaient tous deux partie des adjoints au capitaine Joe Sakic. Il s’agit là d’un rare faux pas dans la carrière d’internationale d’Iginla. 

À son palmarès s’ajoutent une médaille d’or au Championnat du monde (1997) et une médaille d’or à la Coupe du monde de 2004. Au niveau junior, Iginla a remporté deux fois la Coupe Memorial, avec les Blazers de Kamloops. 

Les médailles d’or de Jarome Iginla : 

Championnat du monde junior (1996) 

Championnat du monde senior (1997) 

Jeux olympiques de Salt Lake City (2002) 

Coupe du monde (2004) 

Jeux olympiques de Vancouver (2010) 

Si près de la coupe Stanley... 

Dans la LNH, Jarome Iginla a mené les Flames jusqu’à la finale de la Coupe Stanley, en 2004, mais Calgary s’était alors incliné en sept matchs contre le Lightning de Tampa Bay. 

«Nous sommes vraiment passés près de remporter la Coupe Stanley et les partisans me parlent encore souvent de ce but [de Martin Gélinas] qui n’a pas été accordé lors du sixième match», raconte Iginla, rappelant la séquence où le gardien Nikolai Khabibulin semblait avoir une jambière dans le filet quand il a effectué ce qui a été considéré comme un arrêt en troisième période. 

Le Québécois Martin St-Louis avait finalement tranché le débat en deuxième prolongation de cette partie. Puis, le Lightning avait gagné la rencontre ultime. 

En saison régulière, Iginla a totalisé 1300 points, dont 625 buts, en 1554 matchs, ayant porté successivement les couleurs des Penguins de Pittsburgh, des Bruins de Boston, de l’Avalanche du Colorado et des Kings de Los Angeles après son long séjour de plus de 15 saisons à Calgary. Il a notamment remporté le trophée Art-Ross, remis au meilleur pointeur en 2001-2002, et deux fois le trophée Maurice-Richard, à titre de meilleur buteur (2001-2002 et 2003-2004).