Crédit : BENOÎT RIOUX/AGENCE QMI

Hockey

Intronisation de Kim St-Pierre : un bonheur à partager en famille

Publié | Mis à jour

Rencontrée aux abords du Temple de la renommée du hockey, Louise Vallières, maman de la gardienne québécoise Kim St-Pierre, a dû essuyer quelques larmes au moment de parler de sa célèbre fille. Des pleurs de fierté.

«Kim, c’est tellement une bonne maman, elle m’impressionne beaucoup, a-t-elle livré, les yeux dans l’eau, au sujet de celle qui sera officiellement intronisée lundi, à Toronto. Je dis toujours qu’elle nous a fait vivre plein d’émotions comme athlète, mais je pense qu’avant tout, c’est une belle personne. Elle se préoccupe toujours des autres.»

Ainsi, pour Kim St-Pierre, il était primordial de vivre ce long week-end d’intronisation en compagnie de ses proches, dont ses deux fils, Liam et Ayden. Lors de la conférence de presse de vendredi, où les bagues du Panthéon ont été remises, 11 sièges avaient été réservés pour la famille. En plus de ses enfants, son conjoint était là, ses parents, ses deux frères, deux neveux et une tante également.

«D’avoir toute ma famille avec moi, c’était ça qui comptait, sans elle, je ne serais pas ici, a témoigné la gardienne. Mes parents ont été incroyables, ils m’ont aidée à grandir dans un monde traditionnellement masculin. Mes deux frères ont aussi toujours été là pour me supporter.»

«Elle souhaitait vivre ces moments-là quand ses enfants allaient avoir un certain âge pour qu’ils puissent l’apprécier, a précisé madame Vallières, notant que le report d’un an de la cérémonie dû à la pandémie de COVID-19 a peut-être été une bonne chose à ce niveau. Même s’ils sont encore jeunes, ils le réalisent et ont les yeux grands ouverts.»

«C’est une fin de semaine extraordinaire et de vivre ça avec toute la famille, c’est impressionnant», a résumé la maman de Kim St-Pierre.

Crédit photo : BENOÎT RIOUX/AGENCE QMI

«Mes deux médailles d’or préférées»

Chose certaine, Liam et Ayden n’ont pas fini d’en voir de toutes les couleurs à Toronto. S’ils ont assisté au match entre les Maple Leafs et les Flames de Calgary, vendredi soir au Scotiabank Arena, les deux enfants ont trimballé leurs patins et devraient eux-mêmes fouler la glace de l’amphithéâtre, dimanche, en marge de la Classique des Légendes.

Pour Ayden, le plus jeune, c’est l’occasion de célébrer une semaine à l’avance son huitième anniversaire de naissance. Il faut préciser que celui-ci est un grand partisan des Maple Leafs, pour une raison qui demeure plutôt obscure même auprès de Kim St-Pierre. Liam, lui, affiche ses couleurs en portant un t-shirt du Canadien de Montréal.

«Mes enfants sont ma fierté, ce sont mes deux médailles d’or préférées, a qualifié Kim St-Pierre, trois fois championne olympique (2002, 2006 et 2010). Quand j’ai l’occasion de leur faire profiter de ce que le hockey m’a apporté, de leur faire côtoyer des légendes, je veux leur donner cette chance-là. Les deux sont des joueurs de hockey. De voir les étoiles dans leurs yeux quand ils jouent au hockey, ça me permet de vivre un peu ce que mes parents ont vécu à travers ma carrière.»

Blessée au haut du corps

Ayant longtemps rêvé de jouer dans la Ligue nationale de hockey, la gardienne québécoise Kim St-Pierre aurait grandement souhaité prendre part au match des Légendes, dimanche après-midi, dans le cadre du week-end d’intronisation au Temple de la renommée. Aux prises avec des maux de dos, la femme de 42 ans doit toutefois passer son tour.

«Chaque fois qu’on a l’opportunité de jouer, c’est plaisant, dit-elle. Même si j’ai pris ma retraite, ç’aurait été vraiment bien pour moi de jouer. Malheureusement, je ne peux pas.»

En prenant place devant le filet des légendes canadiennes, St-Pierre aurait affronté les tirs de Marian Hossa, Mike Modano et John LeClair, qui figurent parmi les joueurs de l’équipe mondiale. Le temps d’une partie, elle aurait pu s’imaginer dans la peau de son idole de jeunesse, Patrick Roy.

«C’est sûr que je suis déçue, mais au moins, mes enfants vont me remplacer pour le match de dimanche», a-t-elle souligné, avec un clin d’œil.

Une belle brochette

Parmi les autres personnalités qui seront officiellement intronisées au Temple de la renommée lundi, Jarome Iginla doit faire partie des légendes du Canada tandis que Doug Wilson et Ken Holland agiront à titre d’entraîneurs. Le Québécois Kevin Lowe doit pour sa part se retrouver derrière le banc de la formation Monde et dirigera ainsi Hossa et ses coéquipiers.

Chez les joueurs annoncés, on compte sur Scott Niedermayer, nommé capitaine de l’équipe du Canada, puis Eric Lindros, Mike Cammalleri de même que les Québécois Simon Gagné et Jason Pominville, entre autres.