Crédit : AFP

Soccer

Van Gaal a redonné du zeste aux «Oranje»

Publié | Mis à jour

Lors de sa prise de fonction en août dernier, son objectif était «de remporter la Coupe du monde»: le sélectionneur néerlandais Louis van Gaal est tout proche de réussir la première partie de son pari, en conduisant les Pays-Bas au Qatar.

Fidèle à sa confiance inébranlable, à son arrogance selon ses détracteurs, Van Gaal, 70 ans, ne doute jamais et les résultats de son équipe lui donnent raison.  

Sous sa conduite, les Pays-Bas n'ont toujours pas connu la défaite en cinq matches et restent sur quatre victoires de suite, en ayant inscrit pas moins de 17 buts.

Résultat, un peu moins de six mois après la déception du dernier Euro (élimination sans gloire en 8e de finale face à la République tchèque) et après un début de campagne de qualification inquiétant, ses "Oranje" sont tout proches de la qualification pour le Mondial-2022.

Leaders de leur groupe avec 19 points, ils seront qualifiés dès samedi s'ils battent le Monténégro à Podgorica et si la Norvège (2e, 17 pts) ne bat pas la Lettonie. 

Si Néerlandais et Norvégiens s'imposent samedi, le billet direct pour le Qatar se jouera lors d'un choc entre les deux équipes mardi au Kuip de Rotterdam, les Pays-Bas pouvant alors se contenter d'un nul face à la Norvège privée de son buteur Erling Haaland, blessé.

«Avant de penser à ce match, il faut d'abord se concentrer sur le Monténégro, au risque de balayer tous nos espoirs», a prévenu Van Gaal qui a succédé à Frank de Boer.

«Dernière pige»  

«Il ne faut pas oublier que les Monténégrins nous avaient dominé pendant les 20 premières minutes du match aller à domicile (remporté 4-0 début septembre)», a-t-il rappelé.

«Le Monténégro ne nous est certainement pas supérieur, mais ne comptez pas sur moi pour tenter des expériences lors de ce match. Le seul objectif sera de l'emporter, peu importe la manière. Quant à la tactique, nous aurons le temps de la travailler au printemps prochain», a déclaré le technicien néerlandais qui a notamment entraîné l'Ajax Amsterdam, Manchester United, le FC Barcelone et le Bayern Munich.

Van Gaal qui en est à son troisième mandat à la tête des «Oranje» (après 2000-2001 et 2012-2014) joue sans doute sa dernière partition. 

Il a promis à sa famille qu'il s'agirait de sa «dernière pige». Pas question donc de rater sa mission pour un pays qui n'a toujours pas digéré son absence du Mondial-2018 en Russie.

Van Gaal qui dispose, comme ses prédécesseurs, d'une belle génération d'internationaux évoluant dans les meilleurs clubs du continent, pourra compter sur tous ses joueurs. Si le poste de gardien reste le maillon faible de l'équipe, le reste de l'effectif n'a rien à envier aux meilleures nations. 

Daley Blind (Ajax), Virgil Van Dijk (Liverpool), Stefan de Vrij (Inter Milan), Frenkie De Jong (Barcelone), Georgino Wijnaldum (PSG) ou Memphis Depay (Barcelone) seront tous disponibles.

Ne pas se qualifier directement avec un effectif de cette qualité serait un terrible échec personnel pour Van Gaal qui ne veut "même pas y penser".