Crédit : Photo AFP

NFL

Dalvin Cook dévoilera la vérité

Publié | Mis à jour

Étant la cible d’une poursuite civile déposée par une ancienne compagne l’accusant de l’avoir blessée, le porteur de ballon des Vikings du Minnesota Dalvin Cook persiste et signe: il est la victime et la vérité sera bientôt révélée.

Gracelyn Trimble, sergente dans l’armée des États-Unis, lui reproche de l’avoir projetée au sol, un geste qui aurait été à l'origine d'une commotion cérébrale, et de l’avoir attaquée avec un manche à balai. L'incident serait survenu l’année dernière, lorsqu’elle s’est présentée chez lui pour récupérer des biens personnels.

Par le biais de son avocat, Cook a réfuté les faits, mardi, indiquant que son ex-copine était entrée par infraction chez lui en le menaçant à l’aide d’une masse. Lorsqu’il a lui-même rencontré les médias, mercredi, il a gardé le même discours.

«Aujourd'hui, je veux juste que tout le monde sache que je suis la victime dans cette situation. La vérité et les détails sur la situation seront dévoilés plus tard», a-t-il dit, selon des propos rapportés par le site officiel de la NFL.

«J'aimerais entrer dans les détails de la situation. Mais je ne pense pas que ce soit une bonne idée pour moi de m'asseoir ici et de parler d'une situation qui [se retrouve devant le tribunal].»

Rester concentré

Quoi qu’il en soit, Cook peut continuer à s’entraîner et à participer aux matchs des siens, puisqu’il ne s’agit pas d’une poursuite criminelle. Il compte bien se concentrer sur son travail et laisser le reste à ses avocats.

«Je suis ici pour travailler et je laisse mon équipe juridique s'occuper de toutes les questions juridiques, a-t-il lancé. Je gère ce que je peux gérer. Je suis là où mes pieds se trouvent. Je garde la tête sur les épaules en essayant de me préparer avec le plan de match.»

Les Vikings doivent croiser le fer avec les Chargers à Los Angeles, dimanche. L’entraîneur-chef Mike Zimmer doit d’ailleurs gérer d’autres problèmes, puisque cinq joueurs ont vu leur nom inscrit sur la liste de COVID-19, dont un qui a dû se rendre à l’urgence et qui était toujours hospitalisé, mercredi.