Maple Leafs vs Canadiens

Crédit : Photo Martin Chevalier

Canadiens de Montréal

Cole Caufield s'ouvre sur son renvoi à Laval

Publié | Mis à jour

Cole Caufield voit d’un bon œil son séjour avec le Rocket de Laval dans la Ligue américaine, estimant qu’il pourrait lui être bénéfique pour la suite de sa carrière.

Incapable de marquer depuis le début de la saison avec le Canadien de Montréal, Caufield a avoué candidement, dans une entrevue avec le site The Athletic publiée mercredi, qu’il devait retrouver ses repères. 

«Ce n’est pas que je pense avoir perdu [mon jeu], je pense juste qu’il y a quelques détails-clés que je dois perfectionner, et ça vient avec la quantité de touches de rondelle, avec le fait d’être sur la glace, de retrouver mon synchronisme et ce genre de chose», a expliqué l’attaquant.

«Des fois, quand tu ne joues pas beaucoup, tu te retrouves en mauvaise posture et ça devient difficile de faire du rattrapage. Donc, j’essaie de retrouver mon rythme. Je me contente de jouer et d’obtenir plus de touches de rondelle parce que c’est dans ce temps-là que je me sens le mieux.»

Libertés 

À Laval, le plus bel espoir de l’organisation pourra retrouver sa confiance en obtenant beaucoup plus de temps de jeu qu’à Montréal. L’entraîneur-chef Jean-François Houle lui laisse également plus de liberté sur la glace, question de laisser ressortir ses instincts de marqueur.

«Il veut simplement que je joue et que je me sente libre sur la patinoire, que je ne réfléchisse pas trop, que je sois le joueur que je suis. Et j’aime vraiment ça. J’essaie de jouer à l’intérieur de la structure, mais j’ai l’impression d’avoir plus de liberté pour essayer des choses. Je pense que c’est vraiment de cela qu’il s’agit, essayer de retrouver mon rythme. Qu’il me fasse confiance et qu’il ait confiance que j’y parvienne signifie beaucoup.»

Gérer la pression 

Après avoir rapidement fait sa place dans l’attaque du Tricolore l’année dernière en fin de saison, puis en séries éliminatoires, Caufield, à seulement 20 ans, a rapidement été propulsé sur le premier trio de l’équipe cette saison.

Au fil des matchs, Caufield, incapable de trouver le fond du filet, a donc bien évidemment senti la pression du marché montréalais s’accumuler sur ses épaules. Mais il croit que cette première séquence difficile lui sera utile en vue des prochains passages à vide.

«Pour moi, personnellement, la pression ne me dérange pas, a-t-il lancé. J’essaie de la bloquer autant que possible, mais c’est sûr qu’à certains moments, elle finit par t’atteindre. Il faut apprendre à gérer cela avec le temps.»

À propos du récent message sur Twitter des Comets d’Utica à son endroit, Caufield a indiqué qu’il n’avait pas été personnellement dérangé, même s’il estime que c’était un message inapproprié.

«À l’avenir, j’espère juste qu’ils resteront loin de ce genre de choses. Encouragez votre équipe et "tweetez" juste sur votre équipe, pas sur quelqu’un d’autre», a-t-il conseillé.