Canadiens de Montréal

Drouin et Price: deux dossiers complètement différents

Publié | Mis à jour

L’annonce de Carey Price a ébranlé la planète hockey, mardi. 

En effet, le gardien vedette des Canadiens de Montréal s’est vidé le cœur sur les réseaux sociaux et a avoué qu’il devait lutter avec des problèmes de consommation.   

Cet aveu montre pourquoi Price est entré au sein du programme d’aide aux joueurs de la Ligue nationale de hockey (LNH). 

De passage à l’émission de Jean-Charles Lajoie, le journaliste Renaud Lavoie a donné davantage de détails sur la saga Carey Price, qui ressemble plutôt à celle de Jonathan Drouin l’an dernier. 

«Il y a souvent un malentendu qui existe lorsqu’un joueur se place dans le programme d’aide de la ligue. En réalité, ce que ça veut dire, c’est le joueur s’en va en cure de désintoxication, a-t-il lancé, mardi. Sauf qu’il n’a pas le bon nom.» 

C’est ce qui explique entre autres pourquoi Jonathan Drouin n’est pas entré dans le programme d’aide, alors qu’il faisait face à des problèmes psychologiques. Pourtant, il est écrit noir sur blanc qu’un joueur faisant face à ce genre de problèmes est éligible au programme.  

«Tu ne peux pas aller sur le programme d’aide pour ce type de problème là.»

«J’ai posé la question à des gens : ça ne serait pas plus simple que vous annonciez que Jonathan aille dans le programme d’aide des joueurs de La ligue nationale? Il me semble que ça réglerait le problème une fois pour toutes...» 

«On m’a dit non, a mentionné Lavoie. Il n’y va pas, parce qu’il n’a pas de problèmes de consommation. Même si c’est écrit, ce n’est pas ça.»

Mensonges  

Lorsque l’attaquant des Canadiens a quitté le giron de l’équipe, plusieurs journalistes ont demandé à l’organisation montréalaise s’ils avaient de ses nouvelles.

«On n’en a pas, on ne peut pas en demander, on va en avoir quand il va accepter de nous en donner», a résumé l’animateur Jean-Charles Lajoie.  

«C’est faux, s’est exclamé Renaud Lavoie. Il a été en contact avec ses coéquipiers grandement. L’agent de Jonathan, Allan Walsh, était en contact avec lui pour savoir comment il allait.»

Tandis que Drouin pouvait communiquer avec son entourage, ce n’était pas du tout le cas pour Carey Price, qui n’était pas autorisé à communiquer avec qui que ce soit.  

«Deux choses complètement différentes qui se sont passées. En fin de compte, ce qui est important, c’est de régler ses problèmes», a conclu Lavoie.