LHJMQ

Patrick Roy expulsé!

Publié | Mis à jour

L'entraîneur-chef des Remparts de Québec, Patrick Roy, a longtemps été reconnu pour son caractère bouillant et celui-ci a refait surface vendredi soir, au Centre Vidéotron.

Mécontent d'une punition appelée par un officiel en fin de troisième période à l'endroit de Xavier Filion, Roy ne s'est pas gêné pour dire sa façon de penser, ce qui lui a valu une expulsion de la rencontre. 

«C’était un peu gênant. Le double-échec de Filion, ce n’était pas le double-échec de la mort. [...] D’appeler ça, à 5 à 1 avec trois minutes à faire... Des fois dans la vie, ça prend un peu de jugement», a déploré Roy après la rencontre.

Les Remparts perdaient alors 5-1 et l'Océanic de Rimouski a porté la marque à 6-1 lors de cet avantage numérique.

À voir dans la vidéo ci-dessus.

____________________________________________

Déclassés à la maison par l’Océanic

Kevin Dubé

Ça ne s’améliore pas pour les Remparts. Encore une fois incapables d’offrir un effort soutenu pendant trois périodes, ils ont subi un humiliant revers de 6 à 1 face à l’Océanic de Rimouski pour ainsi subir une quatrième défaite de suite.

Les Diables rouges avaient pourtant dominé le premier engagement, dominant 13 à 1 à la colonne des tirs et prenant les devants 1 à 0 grâce au troisième but en trois matchs de Pier-Olivier Roy.

Ensuite, un sentiment de déjà-vu : comme la veille face aux Sea Dogs, les Diables rouges se sont présentés complètement éteints au second tiers, permettant à un Océanic beaucoup plus coriace qu’en première de reprendre le contrôle du match.

Les hommes de Serge Beausoleil ont profité de cette période, où ils ont cette fois dominé 16 à 3 aux lancers, pour inscrire trois buts sans réplique. Le Suisse Louis Robin a tout d’abord inscrit son premier but dans la LHJMQ, puis Mathis Gauthier et Luka Verreault ont aussi touché la cible avant la fin de la deuxième.

Julien Béland est ensuite venu porter un dur coup aux Remparts en début de troisième lorsqu’il a été complètement oublié à l’embouchure du filet de Fabio Iacobo pour faire 4 à 1.

«La différence c’est en première période, ils sont sortis de là un but derrière tandis que nous en deuxième, on est sortis en retard de deux buts. Ils sont restés dans le match et nous nous en sommes sortis. Quand la confiance n’est pas à son meilleur, c’est plus difficile de revenir. [...] En troisième, ça avait l’air lourd. On sentait que ce serait difficile de revenir», a mentionné Patrick Roy, expulsé en fin de troisième après avoir exprimé son mécontentement à l’officiel après une pénalité imposée à Xavier Filion.

«C’était un peu gênant. Le double-échec de Filion, ce n’était pas le double-échec de la mort. [...] D’appeler ça, à 5 à 1 avec trois minutes à faire... Des fois dans la vie, ça prend un peu de jugement», a-t-il déploré.

Les Remparts compléteront leur séquence de trois matchs en trois soirs avec une visite à Chicoutimi pour y affronter les Saguenéens.

«Je pense qu’il faut garder notre jeu simple et bâtir une présence à la fois, ajoute Roy. Je ne cacherai pas que je trouve ça plate de passer à travers cette passe-là, mais c’est un passage obligé. On va devoir trouver une façon de passer au travers et ne pas se laisser affecter par un but ou une mauvaise séquence. En bout de ligne, on n’a que nous à blâmer.»

Beausoleil satisfait

Dans le camp adverse, Serge Beausoleil se réjouissait de la tenue de son équipe lors des deux dernières périodes du match.

«En première période, les Remparts étaient partout et j’étais sur le point d’appeler [le directeur général du Tournoi international de hockey pee-wee de Québec] Patrick Dom pour demander une dérogation pour le mois de février, a-t-il tout d’abord ironisé. Honnêtement, ce que j’ai aimé c’est qu’on a bien réagi à tout ça. Personne n’a paniqué et on a commencé à jouer dans notre identité, en étant plus physique et en gagnant nos batailles à un contre un et en bougeant mieux la rondelle.»

Avec cette victoire, l’Océanic a pris seul le premier rang de l’Association de l’Est.

Nause au purgatoire

Mécontent du jeu de son défenseur de 18 ans Evan Nause, Patrick Roy l’a relégué au rôle de septième défenseur pour le match de vendredi. Le choix de deuxième ronde des Panthers de la Floride n’a effectué aucune présence en première période, même pas en avantage numérique. Le personnel d’entraîneurs a finalement mis fin à son purgatoire en deuxième, mais dès sa deuxième présence, il s’est retrouvé sur la patinoire pour le deuxième but de l’Océanic. On ne l’a pas revu par la suite.

«Je ne veux pas lancer la pierre à qui que ce soit. On a plusieurs joueurs qui ne jouent pas à la hauteur de leur talent», s’est toutefois contenté de dire Roy.