Félix Séguin

Éviter de se retrouver sur YouTube

Éviter de se retrouver sur YouTube

Félix Séguin, TVA Sports

Publié 05 novembre 2021
Mis à jour 05 novembre 2021

Il n’y a pas de doute, Dominique Ducharme vit des frustrations. Toutefois, il parvient à bien camoufler ses états d’âmes devant les caméras.

Après la défaite de jeudi soir contre les Islanders de New York, l’entraîneur-chef des Canadiens a fait preuve de transparence lors de sa conférence de presse.

«Je suis frustré. Toutefois, je ne viens pas ici pour donner un "show" qui se retrouvera sur YouTube pour les 20 prochaines années», a déclaré Ducharme.

J’ai souri. Ducharme a évité le piège qui se présentait devant lui.

À ce moment, je me suis mis à penser aux entraîneurs, tous sports confondus, qui se sont donnés en spectacle devant les journalistes. Leurs comportements resteront à jamais sur Internet.

Le premier nom qui m’est venu à l’esprit est celui de Michel Therrien. Le 20 janvier 2006, Therrien, alors entraîneur-chef des Penguins de Pittsburgh, s’en était pris à ses joueurs après une défaite de 3-1 contre les Oilers d’Edmonton.

Pour sa part, John Tortorella est un habitué. Au cours de sa carrière, il a multiplié les points de presse tumultueux. J’ai choisi celui du 21 janvier 2010 alors qu’il en avait long à dire au réputé journaliste Larry Brooks du New York Post.

Au football universitaire américain, Mike Grundy est passé à l’histoire. En 2007, l’entraîneur d’Oklahoma State s’était porté à la défense de son quart-arrière Bobby Reid. Sa sortie était virulente.

Dans la NFL, Jim Mora est devenu célèbre en 2001 alors qu’il était à la barre des Colts d’Indianapolis. Après une défaite contre les 49ers de Sa Francisco, Mora se demandait si son équipe allait gagner un autre match.

L’entraîneur-chef des Cards de l’Arizona, Dennis Green, n’avait pas apprécié l’effort des siens dans la défaite contre les Bears de Chicago en 2006. Son point de presse après le match est toujours aussi populaire.