Pratique

Crédit : PHOTO Dominick Gravel

LCF

La détermination de Benoît Marion

Publié | Mis à jour

Libéré en juillet par les Alouettes de Montréal, le joueur de ligne défensive Benoît Marion n’a pas abandonné son rêve de jouer au football chez les professionnels. À la fin du mois d’octobre, sa persévérance a porté fruit et il a été embauché par les Argonauts de Toronto.

«Je savais que je devais rester prêt. Je n’ai jamais arrêté d’aller dans le gymnase et de courir. Je savais que je ne voulais avoir aucun regret si une opportunité se présentait à moi», a raconté l’athlète de 25 ans.

Cette opportunité, elle s’est présentée à la 10e semaine d’activités de la Ligue canadienne de football (LCF), quand les «Argos» ont contacté l’agent de Marion. Mais avant de parler de ses premiers moments avec le club torontois, il faut revenir sur les mois où l’homme de 6 pi et 5 po et 250 lb ne jouait pas au football.

«Il y avait des journées où j’étais super motivé et il y en avait d’autres où c’était plus difficile. J’ai fait beaucoup d’introspection et de remise en question. J’ai aussi regardé mes options à l’extérieur de la LCF. Mais au final, je n’ai jamais perdu espoir en mes moyens et je n’ai pas arrêté de mettre des efforts.»

«Je suis aussi privilégié d’avoir de bons amis, une super amoureuse et une incroyable famille qui m’ont beaucoup aidé dans cette épreuve», a tenu à ajouter Marion.

Un premier match pro 

Le choix de troisième tour des «Als» au repêchage de 2020 a sauté de joie quand son représentant l’a appelé pour lui dire que les Argonauts le voulaient dans leurs rangs. La suite a déboulé.

«Je suis arrivé à Toronto le dimanche [24 octobre], j’ai fini ma quarantaine et j’ai participé à deux entraînements, sans avoir beaucoup de répétitions. J’ai fait beaucoup de vidéo et étudié énormément le livre de jeux.»

Le samedi suivant, Marion et sa nouvelle équipe ont vaincu les Lions de la Colombie-Britannique 31 à 29 en prolongation.

«On m’a vraiment lancé dans la gueule du loup! [...] Un gars est tombé au combat et j’ai fait mon apparition sur le terrain. J’ai eu les deux premiers jeux de la fin du premier quart et après, j’ai joué plusieurs moments. Ça s’est super bien passé et j’ai démontré de belles choses. J’ai réussi un plaqué et j’ai rabattu une passe.»

«Je pense avoir démontré de belles choses, a-t-il poursuivi avec fierté. Je dois maintenant être constant et prouver que je peux les aider à gagner.»

Merci aux Alouettes et au Phénix 

Encore sur un nuage après sa première expérience dans un match professionnel, Marion a souligné l’importance du camp d’entraînement qu’il a vécu avec les Moineaux à l’été 2021.

«Je pense que ça m’a vraiment aidé à comprendre le fonctionnement de la LCF. Je suis reconnaissant d’avoir obtenu cette opportunité. Je ne suis pas amer de mon passage avec les Alouettes. C’est simplement la réalité du sport professionnel.»

Après sa libération, le natif de la métropole québécoise a eu la chance d’aller entraîner la ligne défensive du Phénix du Collège André-Grasset.

«Ça m’a permis de rester dans le monde du football. J’ai pu voir un autre aspect de mon sport en essayant d’apprendre ce qui fait un bon joueur de ligne défensive à des jeunes. J’ai fait beaucoup de vidéo et je pense être meilleur aujourd’hui grâce à cette expérience.»

Maintenant que le produit des Carabins de l’Université de Montréal a obtenu une chance de jouer, il doit mériter de rester sur le terrain.

«Ça m’a pris un peu plus de temps, mais je suis maintenant ici et j’en profite. Je vais tout faire pour rester et démontrer que j’y ai ma place», a conclu Marion.