Crédit : AFP

MLB

Les Astros pensent déjà au futur

Publié | Mis à jour

Les Astros de Houston ont été tout bonnement dominés lors du match numéro 6 de la Série mondiale du baseball majeur. Malgré cette défaite coûteuse qui les prive d’un championnat, les hommes de Dusty Baker n’entendent pas ruminer longtemps dans leur coin.

«J’aimerais d’abord féliciter Brian Snitker, les Braves et la ville d’Atlanta, a débuté le gérant en conférence de presse d’après-match, mardi soir. On doit continuer de travailler. Ça nous donne plus de motivation pour l’an prochain. C’est difficile à prendre maintenant, mais ça passera... C’est dur, mais c’est fini.» 

De l’avis de tous, ce sont les lanceurs des Braves qui ont joué le plus grand rôle dans la victoire de 7 à 0 des Braves. Le partant Max Fried n’a donné que quatre coups sûrs en six manches de travail, en plus de retirer sur des prises six frappeurs des Astros. Houston en a eu plein les bras!

«Fried était dominant. Ils nous ont muselés. Je ne crois pas que c’était un problème avec nos gars. C’était seulement leur façon d’exécuter leurs lancers», a plaidé le joueur d’arrêt-court Carlos Correa.

Au-delà des efforts de Fried ou des releveurs Tyler Matzek et Will Smith, les Braves ont livré une performance complète. Jorge Soler, Dansby Swanson et Freddie Freeman ont tous sorti des balles des limites du terrain.

«Ils ont très bien joué. Nous ne pouvions garder les balles dans le stade, a avoué Baker. Leurs lanceurs nous ont éteint complètement. [...] Personne ne s’est plaint ou n’a cherché d’excuses. Je ne le ferai pas non plus. On s’est fait dominer ce soir.»

«Tout d’abord, nous devons leur donner une tonne de crédit. Ils étaient incroyables. Ils ont très bien lancé. Ils ont bien frappé et bien joué en défensive», a ajouté le joueur au troisième coussin Alex Bregman.

Succès à répétition 

Depuis 2017, les Astros ont chaque année prolongé leur saison en séries éliminatoires. Ils ont d’ailleurs remporté le premier championnat de leur histoire cette année-là, avant de subir deux défaites en Série mondiale en 2019 et en 2021.

La formation texane a le potentiel pour continuer à connaître du succès, même s’il faut s’attendre à voir le visage de l’équipe changer quelque peu.

Dusty Baker espère que ses troupiers sauront se servir de ce revers pour apprendre. L’homme de 72 ans pourrait lui-même ne pas revenir à Houston la saison prochaine, lui qui est en fin de contrat.

«Que pouvez-vous y faire, excepté rentrer à la maison, prendre une douche et déterminer de quelle façon vous allez revenir. L’an dernier, nous étions à un match de la Série mondiale et cette année nous étions à deux matchs du championnat. Je dirais que c’est un progrès», a mentionné l’expérimenté gérant.

Un autre vétéran des Astros, l’instructeur des lanceurs Brent Strom, 73 ans, a annoncé mardi soir qu’il ne serait pas de retour à Houston. Il a passé huit ans dans l’organisation, prenant sous son aile des artilleurs tels que Justin Verlander, Zack Greinke, Dallas Keuchel et Gerrit Cole.

Carlos Correa sur son départ? 

L’un des joueurs les plus convoités de la saison morte sera sans doute l’arrêt-court Carlos Correa, qui pourrait même parapher un contrat de plus de 300 millions $ selon plusieurs observateurs.

Celui qui deviendra joueur autonome sous peu a déjà refusé des offres des Astros de Houston avant le début de la saison. Correa a bien l’impression que sa dernière apparition à la plaque a eu lieu lors de la rencontre décisive de mardi face aux Braves d’Atlanta.

«Je ne pensais qu’à ça, pour être honnête, a-t-il mentionné en conférence de presse. Ce sont beaucoup de sentiments, un mélange d’émotions. J’ai passé sept ans avec ce club. Oui, ça m’a passé à l’esprit c’est sûr.»

Son apparition devant les membres des médias avait des airs d’adieux, alors que le Portoricain de 27 ans a remercié toute l’organisation et les partisans.

«Aux amateurs, j’aimerais vous remercier pour votre soutien. Mon passage ici a été incroyable, les sept meilleures années de ma vie. J’étais un garçon quand je suis arrivé, je suis devenu un homme, j’ai grandi dans cette ville, et les partisans m’ont adopté», a-t-il mentionné.

«Ce n’est pas encore fini, a rétorqué Dusty Baker, qui s’est fait très élogieux à l’endroit de son joueur. Il est un professionnel. Il est un vrai meneur. Il ne se trouve pas d’alibi ou d’excuses. Il joue de la bonne façon. Il est un gladiateur, un combattant, mais un gentilhomme en même temps.»

«Il n’est pas joueur autonome encore. Je sais qu’on essaie de s’entendre avec lui. Je n’ai pas perdu espoir», a ajouté le grand complice de Correa au deuxième coussin, Jose Altuve.

L’arrêt-court avait paraphé un contrat d’un an et de 11,7 millions $ avant la saison. Il a disputé l’une de ses meilleures campagnes en carrière en 2021, avec 92 points produits, 26 longues balles et une moyenne au bâton de ,279.