Crédit : Photo AFP

LNH

Affaire Kyle Beach : Jonathan Toews veut se reprendre

Publié | Mis à jour

Le capitaine des Blackhawks de Chicago, Jonathan Toews, a tenu à rectifier le tir quant à ses propos tenus par rapport à l’affaire Kyle Beach, mercredi.

Beach a révélé la semaine passée avoir été agressé sexuellement par un ancien entraîneur vidéo de la formation de l’Illinois, Brad Aldrich. De leur côté, Stan Bowman, Joel Quenneville - qui était le pilote des Panthers de la Floride avant de quitter son poste il y a quelques jours - et Al MacIsaac ont tous été informés de la situation, sans pour autant agir. 

«Je ne peux pas défaire ce qui s’est passé, a déclaré Toews, mercredi, selon le site sportif The Athletic. J’aimerais en savoir le plus possible sur Kyle et ses sentiments, ce qu’il veut et ce qu’il envisage pour le futur. Peut-être que quelqu’un comme moi, dans ma position, peut faire une différence.»

Toews avait en quelque sorte défendu ses anciens patrons, jeudi dernier, affirmant que ce sont de bonnes personnes et que ce n’était pas sa place de commenter le sujet. Or, depuis, il semble avoir pris conscience de la portée de ses propos. Ainsi, il a admis que ses paroles émises précédemment constituaient une distraction face au réel problème.

«Je n’ai pas encore parlé de la situation avec Joel. Vous savez comment je me sens à propos des relations que j’ai eues avec certaines de ces personnes. Mais, au final, j’ai réalisé que mes commentaires avaient fait dévier l’attention que Kyle aurait dû recevoir relativement à ce qu’il a dû vivre dans ses relations, que ce soit avec Stan, Al ou Joel. J’ai un long historique avec Joel, mais ce n’est pas ça, l’important.»

Indignation 

Des acteurs du monde du hockey, comme le porte-couleurs des Coyotes de l’Arizona Antoine Roussel, s’étaient insurgés contre les déclarations du vétéran des Hawks, déplorant qu’il ne soit pas suffisamment empathique à l’endroit de son ancien coéquipier.

«Ce sont des propos inacceptables, avait dit Roussel, lundi, sur les ondes de TVA Sports. On s’en fout si ce sont des bonnes personnes. Ce qu’on veut, c’est qu’il y ait une justice et que ce gars soit protégé. [...] Ce qu’on veut entendre, c’est que tu as de l’empathie pour Kyle Beach. Il a broyé du noir, ç’a ruiné sa carrière. [...] Et en plus, ils ont ruiné la carrière des gars de la NCAA, je n’en reviens pas. Je suis choqué.»

Brad Aldrich rayé de la coupe Stanley 

Le nom de Brad Aldrich a été rayé de la coupe Stanley par le Temple de la renommée du hockey.

Le réseau Sportsnet a affirmé que les lettres formant le nom de l’ex-entraîneur vidéo qui a agressé sexuellement Kyle Beach en 2010 ne peuvent pas être physiquement retirées du précieux trophée. Des «X» ont plutôt été gravés à la place du nom.

«J’aimerais humblement que vous considériez que son nom [Brad Aldrich] soit rayé de la coupe Stanley, a écrit le propriétaire des Blackhawks Rocky Wirtz, au président du Temple de la renommée du hockey, Lanny McDonald, la semaine dernière. Bien qu’on ne puisse pas défaire ses agissements, de laisser son nom sur le plus prestigieux trophée dans le monde du sport semble profondément inadéquat.»

Wirtz a également affirmé que l’équipe a commis une erreur en soumettant le nom d’Aldrich et que les actions de celui-ci le disqualifiaient de tout honneur.