FBL-EUR-C1-PSG-LEIPZIG

Crédit : AFP

Soccer

Pour Ibrahimovic, Mbappé est «trop dans le confort»

Publié | Mis à jour

S'il classe Kylian Mbappé « dans le top » des rares jeunes joueurs qu'il apprécie, Zlatan Ibrahimovic a regretté dans un entretien diffusé durant l'émission Telefoot dimanche que l'attaquant français du Paris SG soit « trop dans le confort »: « imaginez comme il pourrait devenir fort s'il se faisait mal », a lancé « Ibra ».

« J'adore Mbappé, mais ce qu'il fait n'est pas encore assez. Il est trop dans le confort, dans sa "zone ", il faut qu'il marche sur le feu et s'il marche sur le feu, il sera encore meilleur », a déclaré l'attaquant de l'AC Milan dans l'émission de TF1 à propos du champion du monde 2018 de 22 ans. 

« Imaginez comme il pourrait devenir fort s'il se faisait mal. Il faut qu'il sente le goût du sang. Tu dois être entouré de gens qui te poussent et qui t'élèvent, tu n'as pas besoin d'être entouré de ceux qui te disent que tu es le meilleur. Entoure-toi de ceux qui te disent que tu n'es pas assez bon et que tu dois devenir meilleur, et tu deviendras meilleur », a affirmé Ibrahimovic.

Pour l'attaquant suédois, « dans le top de ceux que j'aime (...) pour les jeunes, il y a Mbappé, (l'attaquant norvégien de Dortmund Erling) Haaland et... Ibrahimovic, pas besoin d'autres », a-t-il estimé.

Fidèle à son image de grande gueule, flirtant toujours avec l'arrogance, « Ibra » qui « continue (à jouer) pour faire un cadeau à tout le monde » et qui « continuera (à jouer) tant qu'on ne (lui) dira pas qu'(il) est vraiment fini », est également revenu sur son passage sous le maillot du Paris SG, entre 2012 et 2016.

« Je suis très fier, sans moi le PSG ne serait pas devenu ce qu'il est aujourd'hui (...) Je suis venu et tout a changé. »

Enfin, malgré l'arrivée de Lionel Messi cet été et un effectif regorgeant de stars dont Neymar et Angel di Maria, Ibrahimovic considère que l'équipe actuelle n'est pas meilleure que celle où il évoluait.

« Nous étions une équipe, ce n'est pas une équipe (...) ils ne sont pas meilleurs que nous à l'époque », a-t-il conclu.