Crédit : Veronica Henri/Toronto Sun/QMI Agency

LNH

Affaire Kyle Beach : l’AJLNH se réunira lundi

Publié | Mis à jour

L’Association des joueurs de la Ligue nationale de hockey (AJLNH) tiendra une rencontre impliquant ses dirigeants et les représentants des 32 équipes pour discuter du dossier Kyle Beach, lundi.

C’est du moins ce que l’expert hockey de la chaîne TVA Sports Renaud Lavoie a avancé par l’entremise de son compte Twitter, samedi.

Après avoir accusé l’entraîneur vidéo Brad Aldrich d’agression sexuelle en 2010, Kyle Beach n’a reçu aucun appui de son équipe, soit les Blackhawks de Chicago. Dix ans plus tard, une poursuite aux dépens de l’organisation a révélé la situation au grand jour, et une enquête indépendante a forcé le directeur général Stan Bowman et l’entraîneur-chef Joel Quenneville – qui était jusqu’à tout récemment avec les Panthers de la Floride – à démissionner.

Échec

Or, Beach, qui est sorti de l’anonymat mercredi, a également visé Donald Fehr, le directeur de l’AJLNH. L’ancien joueur a déclaré que Fehr avait été mis au courant de la situation, et que comme les Blackhawks, il avait échoué à entreprendre des actions.

Selon le réseau TSN, Fehr aurait indiqué à l’agent de Beach, Ross Gurney, qu’il allait faire mention des allégations à la Fédération américaine de hockey en 2011. À ce moment, Aldrich travaillait pour Team USA. Et Fehr, pas plus que le psychologue Brian Shaw, de l’AJLNH, n’ont contacté la Fédération.

Pour l’instant, il est impossible de savoir si l’avenir de Fehr à la tête du syndicat est en danger.

Par ailleurs, TSN a également rapporté que le commissaire de la LNH, Gary Bettman, s’était entretenu pendant 20 minutes avec Beach en matinée. Le dirigeant s’est excusé au nom du circuit.

Un autre cas fait réagir

Pendant que l’AJLNH tentait toujours de mettre de l’ordre dans cette histoire, la Ligue nationale de hockey (LNH) devait répondre à des questions sur un autre cas d’abus sexuel, cette fois-ci survenu dans l’organisation des Penguins de Pittsburgh le 11 novembre 2018.

L’entraîneur-chef des Penguins de Wilkes-Barre/Scranton à l’époque, Clark Donatelli, aurait agressé la femme de son adjoint Jarrod Skalde. Le couple a d'ailleurs déposé une poursuite contre les Penguins, le Lemieux Group et Donatelli au mois de novembre dernier.

À l’époque, Bill Guerin était adjoint au directeur général des Penguins. C’est à lui que Skalde a révélé les faits, et sept jours plus tard, Donatelli démissionnait pour des raisons personnelles selon la version officielle.

Actuellement DG du Wild du Minnesota et adjoint pour la formation américaine devant disputer le tournoi olympique cet hiver à Pékin, Guerin fait toutefois l’objet d’une enquête du Centre américain SafeSport dans ce dossier. Ce centre a pour mission de recevoir les signalements d’inconduite au sein du mouvement olympique américain, d’enquêter et de décerner des sanctions si nécessaire.

Or, l’adjoint au commissaire de la LNH, Bill Daly, ne fait aucun parallèle entre ces deux histoires.

«D'après ce que nous savons – et les faits ont déjà fait l'objet d'enquêtes à plusieurs reprises –, ce n'est pas une situation comme celle à Chicago, a plaidé Daly. Rien n'indique que Bill Guerin (ou tout autre membre de l'organisation des Penguins de Pittsburgh) n’ait à aucun moment négligé de rapporter ou de réagir de manière appropriée à un signalement.»

«Je suis tout à fait convaincu qu'en fin de compte, le Centre SafeSport conclura la même chose.»