Crédit : Photo Agence QMI, BENOÎT RIOUX

Basketball

LECB: un club de basketball à Québec dès 2023?

Publié | Mis à jour

Après Montréal, la ville de Québec aura aussi son club dans la Ligue élite canadienne de basketball (LECB), possiblement à compter de 2023.

«Mon souhait est 2023, c’est l’objectif, je crois que nous sommes en bonne direction pour atteindre ce but, mais nous ne voulons rien brusquer, si ça prend plus de temps, ça prendra plus de temps. Mais je ne crois pas que ça va aller après 2024. Il y a suffisamment d’énergie et d’excitation présentement pour faire que ce soit une réalité en 2023», a confié le commissaire de la la Ligue élite canadienne de basketball (LECB), Mike Morreale, lors d’une entrevue exclusive sur le sujet avec l’Agence QMI.

Rencontré mercredi à l’Auditorium de Verdun, en marge du dévoilement du nom et du logo de l’équipe devant s’établir à Montréal au printemps prochain, soit l’Alliance, Morreale a fait preuve d’une grande transparence. Il a ainsi mentionné que des discussions était déjà entamées avec un groupe de la ville de Québec, laissant par ailleurs deviner que les matchs de basketball pourraient se tenir au Centre Vidéotron ou encore au Colisée Pepsi.

«C’est un objectif que nous avons et pour lequel nous avons déjà parlé à un groupe qui est très intéressé, a formulé l’enthousiaste commissaire, qui est aussi reconnu pour sa carrière de 12 saisons à titre de receveur de passes dans la Ligue canadienne de football. Nous allons laisser le processus se dérouler, mais assurément, il y a un intérêt. On a des installations qui auraient une dimension parfaite pour nous et il y a une intéressante base de partisans de basketball à Québec.»

Rivalité avec Montréal?

Pour l’instant, les efforts sont mis sur la venue de l’Alliance à Montréal et sur l’expansion parallèle, à Scarbourough, en Ontario.

«Les marchés de Montréal et de Québec font partie des endroits-clés que nous avons identifié», a néanmoins lancé Morreale, à propos du circuit estival qui compte maintenant neuf équipes.

D’ailleurs, huit des neufs clubs, dont celui de Montréal, appartiennent à un seul et même propriétaire, soit l’homme d’affaires ontarien Richard Petko.

«Si on a du succès à Montréal l’an prochain, avec l’Alliance, cela va aider à lancer une équipe à Québec après ça, a poursuivi Morreale, soulignant l’importance de percer le marché francophone. Une rivalité pourrait exister si on a deux clubs dans la province, mais les deux formations québécoises viendraient aussi s’entraider pour promouvoir le basketball et la LECB.»

Un marché excitant

Puisque le ballon oval n’est jamais bien loin dans le coeur du commissaire, il rêve d’une rivalité comparable à celle opposant actuellement, au football, le Rouge et Or de l’Université Laval et les Carabins de l’Université de Montréal.

«Je suis incroyablement excité face au marché de Québec, a souligné celui qui a porté les couleurs des Marauders de McMaster, au football universitaire, de 1991 à 1994, avant d’évoluer pour les Argonauts de Toronto et les Tiger-Cats de Hamilton. De par mon expérience au football, je vois la passion des partisans à l’Université Laval, mais je vois aussi comment les gens supportent leur équipe de hockey junior à Québec.»