Crédit : AFP

MLB

Les Guardians de Cleveland devront se défendre en cour

Publié | Mis à jour

Avant même de disputer une première saison sous leur nouvelle dénomination, les Guardians de Cleveland devront se défendre en cour, car une organisation de roller-derby a intenté une poursuite fédérale contre la concession du baseball majeur connue autrefois sous le nom des «Indians».

Selon les documents juridiques obtenus par la chaîne WKYC, le tribunal du district du nord de l’Ohio devra se pencher sur le dossier.  

La partie demanderesse prétend que le défendeur a violé sa marque de commerce. L’équipe de roller-derby a précisé qu’elle s’est enregistrée auprès du secrétaire d’État de l’Ohio en 2017 pour ses droits d’identification et qu’elle était en opération depuis quelques années auparavant.

«Il ne peut pas y avoir deux formations Guardians de Cleveland dans la ville et pour être précis ici, le demandeur était ici en premier lieu», a mentionné l’équipe de roller-derby. Celle-ci a ajouté que la partie opposée lui avait offert une compensation nettement insuffisante en guise de compensation pour l’utilisation des comptes de réseaux sociaux et du code URL des Guardians, d’après son avocat Christopher Pardo. Elle affirme également que l’annonce du changement de nom des Indians a été effectuée de nature à lui laisser peu de temps pour réagir et trouver une solution.

Pour l’organisation qui réclame gain de cause, il est inconcevable qu’un club de sport majeur puisse simplement subtiliser le nom d’une entité plus petite afin de s’en servir à ses propres fins.

«Le baseball majeur ne laisserait jamais quelqu’un nommer son équipe de crosse les Cubs de Chicago si celle-ci était bel et bien à Chicago ou encore, une concession de soccer les Yankees de New York si elle se trouvait à New York, a écrit Prado à WKYC. Les mêmes lois protégeant les Ligues majeures de baseball face à la confusion susceptible d’émaner dans ces exemples sont inversement en vigueur pour empêcher ce que les Indians tentent de faire. En s’accaparant le nom des Guardians de Cleveland, les Indians ont éviscéré délibérément et toute connaissance de cause les droits du propriétaire original de ce nom : les véritables Guardians de Cleveland.»

La controverse se poursuit 

Le club de baseball avait annoncé son nouveau nom à la fin juillet, après avoir décidé de reléguer le précédent – jugé discriminatoire – aux oubliettes, même s’il l’utilisait depuis 1915. Or, d’après la poursuite, le défendeur aurait usé d’un stratagème pour s’enregistrer «en douce» et éventuellement justifier son droit de se servir du nom des Guardians.

«Le 8 avril 2021, l’équipe a subrepticement déposé une application pour la marque de commerce des Guardians de Cleveland auprès de l’île Maurice, un petit pays d’Afrique de l’Est, afin de dissimuler ses démarches jusqu’au moment où il y ait quelqu’un sachant où vérifier», a écrit le demandeur.

Le média local a spécifié qu’en juin, les avocats des Indians avaient contacté ceux des Guardians pour les informer que le nouveau nom de l’équipe de baseball était en cours d’évaluation. Aussi, le propriétaire de la concession de roller-derby, Gary Sweatt, était prêt à vendre toute la propriété intellectuelle de son organisation et renommer celle-ci, exigeant néanmoins une proposition de la part des Indians. Après un échange d’offres, les canaux de communication ont été fermés durant un mois; durant ce temps, les Indians ont envoyé deux demandes fédérales, celles-ci mentionnant qu’aucune autre entité n’utilise le nom des Guardians pour des opérations d’affaires ou commerciales.

La formation de roller-derby a ajouté que diverses tentatives ont été faites pour la résolution du conflit, mais que les pourparlers ont cessé mardi.