Crédit : AFP

MLB

Scandale de vols de signaux: les Astros estiment n’avoir rien à prouver

Publié | Mis à jour

Les Astros de Houston sont de retour en Série mondiale pour une deuxième fois depuis qu’ils ont triomphé en 2017. Et bien que cette victoire ait été largement éclaboussée par le scandale des signaux volés, les joueurs du club texan estiment n’avoir rien à prouver, quatre ans plus tard.

L’histoire a fait plusieurs fois le tour de la planète sportive: une équipe placée tout juste derrière l’abri des joueurs utilisaient une caméra placée dans les estrades pour observer les signaux des receveurs destinés aux lanceurs. Elle utilisait ensuite un système de signaux sonores pour transmettre l’information aux entraîneurs.

Lorsque le stratagème a été révélé au grand jour, deux ans plus tard, les Astros ont écopé d’une amende de 5 millions $ en plus d’être privés de leurs sélections de première et deuxième rondes en 2020 et 2021. Le directeur général Jeff Luhnow, le gérant A.J. Hinch et son assistant Alex Cora, tous en poste en 2017, ont été suspendus pour toute la saison 2020.

Cette histoire a bien évidemment refait surface avant le début de la Série mondiale contre les Braves d’Atlanta. Mais les joueurs des Astros – qui ont perdu la grande finale face aux Nationals de Washington en 2019 – ont refusé de voir cette finale comme une occasion de prouver qu’ils peuvent gagner sans tricher.

«Je ne suis pas inquiet à propos de ces histoires, a notamment dit le joueur de troisième but Alex Bregman, lundi, selon le réseau ESPN. Je ne m'inquiète de rien de tout cela. Je veux gagner quatre matchs.»

«Je pense que cette équipe est déjà bien au-delà de cela parce qu’elle sait qu’elle peut jouer», a quant à lui commenté le gérant Dusty Baker.

Huées attendues

Il y a fort à parier, toutefois, que les partisans à Atlanta n’offriront aucun répit aux joueurs des Astros. Mais il ne s’agira pas d’un élément nouveau pour les joueurs, qui sont fréquemment conspués aux quatre coins du baseball majeur.

«Nous avons [des huées] partout où nous allons, a lancé le voltigeur Michael Brantley. Ce qui rend cette équipe si spéciale, c’est que nous avons déjà joué dans ce film. Nous avons déjà tout traversé ça.»

«Il n'y a pas de scène assez grande. Il n'y a rien qu'une foule puisse faire pour nous sortir de notre plan de match.»

Les deux clubs devaient se rencontrer une première fois à Houston, mardi. Les matchs 3, 4 et 5 auront pour leur part lieu au Truist Park, domicile des Braves.