LNH

Lafrenière et Blais émergent ensemble à New York

Publié | Mis à jour

Réunis sur un même trio chez les Rangers de New York, les Québécois Alexis Lafrenière et Samuel Blais font déjà des flammèches.

Jeudi soir, les deux jeunes hommes ont amassé deux points chacun dans un gain de 3 à 1 sur les Predators de Nashville (voyez les faits saillants dans la vidéo ci-dessus). En première période, ils ont amorcé l’affrontement en se faisant complices de la réussite de leur compagnon de trio Filip Chytil.

«Cela nous a donné confiance, a analysé Blais, lors des conférences de presse qui ont suivi le match. Je pense que nous avons marqué sur notre première ou deuxième présence de la partie. Je trouve que nous sommes trois gars qui peuvent jouer avec la rondelle. Nous utilisons notre rapidité et je pense que nous sommes dangereux.»

Puis au dernier tiers, Lafrenière a accepté un relais de son compatriote et a inscrit le but de la victoire.

«J’aime être sur la patinoire quand la partie est serrée. C’était un bon match ce soir [jeudi], c’était très physique, a dit le premier choix au total du repêchage de 2020. En troisième période, nous savions ce que nous avions à faire. C’était un super jeu de la part d’Adam Fox et de Blais. J’ai été assez chanceux de marquer.»

L’émergence de Blais

Acquis des Blues de St. Louis en juillet dernier, Blais impressionne depuis son arrivée chez les «Blueshirts». Il faut aussi dire que c’est la première fois de sa carrière dans la Ligue nationale de hockey (LNH) qu’on lui permet d’avoir un rôle plus offensif.

«Il joue dans la ligue depuis un petit moment déjà, mais il a principalement été utilisé sur une quatrième ligne à St. Louis, un peu sur la troisième, mais il a de très bonnes mains et c’est un attaquant de puissance, a dit l’entraîneur-chef des Rangers, Gerard Gallant. Je pense qu’il deviendra de plus en plus confiant à force de jouer avec nous.»

«Il obtient des opportunités sur notre deuxième vague d’avantage numérique et je pense que le kid est excité et très heureux présentement», a ajouté le pilote.

Confiance des entraîneurs

De son côté, Blais est persuadé qu’il peut avoir un impact offensif dans le circuit Bettman.

«Quand je jouais dans le junior, j’étais un joueur offensif, a exprimé le natif de Montmagny. Quand je suis arrivé chez les pros, j’ai compris que chaque joueur était talentueux [offensivement]. J’ai donc essayé d’ajouter autre chose à mon jeu et de jouer physique, mais j’ai toujours mes habilités offensives.»

«Ici, je pense que les entraîneurs me permettent d’en faire plus, a-t-il ajouté. C’est énorme pour moi d’avoir la confiance de mes entraîneurs. Quand tu as ça, c’est beaucoup plus facile de jouer.»