JiC

La «règle Brendan Gallagher»?

Publié | Mis à jour

«Neuf personnes sur dix peuvent regarder le but et dire qu’il est bon. Le problème, c’est que la personne qui reste est toujours celle de Toronto.»

C’est ainsi que l’attaquant des Canadiens Brendan Gallagher a commenté, au micro de TSN, la décision des arbitres (et de la ligue) de lui refuser le but qu’il a inscrit en première période, jeudi soir, contre les Hurricanes.  

Pour plusieurs, ce but était tout à fait bon. Posté devant le filet, empiétant légèrement dans la zone bleue sans toutefois toucher le gardien, Gallagher a fait dévier un tir et a marqué. 

Or, il semble que la règle officielle est que lorsqu’un joueur a un patin dans la zone du gardien de but et qu’il lui voile la vue alors qu’un but est marqué, ce dernier est refusé. Mais ce règlement est-il bel et bien toujours appliqué à la lettre?

Pour notre journaliste Renaud Lavoie, qui en a parlé à l’émission «JiC» vendredi, on parle ici de la «règle Brendan Gallagher». L’attaquant du CH, qui aime bien brasser la soupe devant le filet adverse, est-il le seul réellement visé par cette règle en raison de sa réputation?

«Si ça n’avait pas été Brendan devant le filet, et plutôt Mathieu Perreault, ce but-là aurait été accordé, dans mon esprit il n’y a aucun doute», a affirmé Renaud.

Voyez l’ensemble de la discussion en vidéo principale.