LNH

Hendrix Lapierre est redescendu sur terre

Publié | Mis à jour

Le jeune Québécois Hendrix Lapierre se décrit lui-même comme «un petit adolescent qui a beaucoup d’énergie et qui pose beaucoup de questions».

«Mais je viens d’arriver, je ne veux pas prendre toute la place et être tannant», a affirmé l’attaquant des Capitals, âgé de seulement 19 ans, lors d’une vidéoconférence organisée exceptionnellement par le club de Washington pour les médias francophones, vendredi. 

Depuis qu’il a marqué son premier but en carrière à son premier match dans la Ligue nationale de hockey, le 13 octobre face aux Rangers de New York, les demandes d’entrevues pour Lapierre étaient si nombreuses que les Capitals ont cru bon de remédier à la situation. 

«Ç’a m’a pris quelques jours pour redescendre sur terre, a avoué le jeune homme, à propos de cette soirée magique vécue au Capital One Arena, à Washington. Sur le coup, tu ne réalises vraiment pas ce qui se passe, tu es dans l’émotion du moment, tout fige un peu.» 

Lors des jours suivants, Lapierre a toutefois pris conscience de la magie ayant entouré ce premier but alors qu’il a pu revoir la scène en plus d’être bombardé de messages par de nombreux amis. 

«C’était une soirée exceptionnelle et je vais m’en rappeler toute ma vie, a-t-il dit. Tu peux t’imaginer plein d’affaires quand tu penses à ton premier but, mais jamais dans 100 ans, j’aurais imaginé un but de la sorte avec une belle passe de [T.J.] Oshie comme ça.» 

Le Québécois a d’ailleurs grandement apprécié la réaction d’Oshie, qui l’a empoigné pour mieux célébrer ce fameux but, mais aussi celle d’Alex Ovechkin, sur le banc. 

«Ovechkin, c’était pas mal mon idole quand j’étais jeune», a rappelé Lapierre, qui fut le choix de première ronde des Capitals (22e au total) lors du repêchage de 2020. 

Devant grand-papa Raymond 

Pour ajouter à la soirée du 13 octobre, l’athlète originaire de Gatineau souligne avoir eu la chance de vivre le moment avec plusieurs membres de sa famille présents à Washington. 

Parmi eux, son grand-père Raymond était sur place et il s’est carrément effondré dans les bras de sa fille, soit la maman du joueur, quand le jeune Lapierre a touché la cible. 

«Grand-papa Raymond, c’est l’un de mes plus grands fans depuis que je suis jeune, a qualifié l‘attaquant des Capitals. C’était vraiment bien de vivre ça avec la famille, nous nous sommes rencontrés à l’hôtel après le match. Honnêtement, je n’aurais pu demander mieux.» 

Depuis, Lapierre a pris part à une deuxième partie dans la LNH, soit le 16 octobre contre le Lightning de Tampa Bay, à Washington. Il a toutefois été laissé de côté pour les deux parties suivantes. 

«Même si je ne joue pas, j’apprends et je me développe, a noté Lapierre, qui est en attente de savoir si on le retournera au niveau junior, avec le Titan d’Acadie-Bathurst, pour conclure la saison. Je réalise à quel point je suis chanceux d’être ici et je profite du moment.» 

«Je prends ça au jour le jour, a-t-il ajouté, indiquant apprendre énormément en observant les vétérans des Capitals. Je ne peux perdre de l’énergie et commencer à penser à ce qui va arriver dans les prochains jours.» 

À Ottawa lundi? 

Après un match contre les Flames de Calgary, samedi après-midi à Washington, les Capitals doivent affronter les Sénateurs, à Ottawa, lundi. Il va sans dire que Lapierre aimerait énormément disputer cette rencontre. 

«Ce serait spécial de jouer le 25 [octobre] à Ottawa, a-t-il convenu. J’allais voir beaucoup de matchs des Sénateurs quand j’étais jeune, ce n’était pas très loin de la maison.»