LNH

Patrick Kane se porte à la défense de son entraîneur-chef

Publié | Mis à jour

Les Blackhawks de Chicago viennent de compléter un épouvantable voyage de trois matchs s’étant conclu par autant de revers, mais l’attaquant Patrick Kane refuse de clouer au pilori son entraîneur-chef Jeremy Colliton.

Malgré l’arrivée de nouvelles figures comme Seth Jones et Marc-André Fleury durant l’été, les Hawks ont inscrit un seul point au classement. D’ailleurs, le gardien québécois a certes senti des odeurs de déjà-vu face à son ancienne organisation, samedi. 

Ci-dessus, voyez les propos de Patrick Kane après la défaite de 5-2 à Pittsburgh.

• À voir aussi: Sortie désastreuse pour Marc-André Fleury

Dans une défaite de 5 à 2 contre les Penguins à Pittsburgh, il a cédé quatre fois en 10 tirs au premier tiers, étant notamment pris à contre-pied derrière son filet sur le but de Drew O’Connor, dans une séquence semblable à celle où il avait mal paru lors du troisième match de la demi-finale opposant les Golden Knights de Vegas au Canadien de Montréal en juin.

Pour sa part, Colliton ressent déjà de la pression. Ses hommes ont raté les séries deux fois en trois ans depuis son arrivée en poste en 2018-2019. Et la seule fois qu’ils ont prolongé leur parcours, c’est surtout en raison du plan de la Ligue nationale qui avait permis à 24 formations de jouer les éliminatoires 2020; Chicago était la 12e tête de série de l’Association de l’Ouest.

«Il faut évidemment un sentiment d’urgence pour obtenir des victoires, mieux jouer et connaître de meilleurs débuts de match, a admis Kane après la rencontre. Toutefois, nous croyons avoir une bonne équipe qui est suffisamment bien dirigée pour surmonter cela et renverser la vapeur.»

«Nous trouverons le moyen de changer la situation. Comme je l’ai dit, j’ai beaucoup de confiance en ce club et ce personnel d’instructeurs», a-t-il insisté.

Jeu défensif à revoir

Au plan individuel, le numéro 88 est au nombre de ceux qui souhaitent mieux performer. Certes, il domine les pointeurs des Hawks avec un but et trois mentions d’aide, mais le tout est accompagné d’un affreux différentiel de -5. Au cours de ses 47 minutes jouées à forces égales, les siens ont été dominés 6 à 1 pour les buts et 32 à 15 au chapitre des chances de compter.

Au sujet de ce qui ne va pas, Kane a entre autres évoqué la phase préparatoire de la saison.

«Parfois, le début de la saison est un peu étrange. Je n’ai jamais été un grand joueur en duels hors-concours et au camp d’entraînement. Peu importe la raison, on dirait que mes sensations n’y sont pas à ce moment-là. Je dois possiblement dicter les choses un peu plus et prendre le tout en main à certains moments. Néanmoins, je me sens mieux à chaque rencontre», a-t-il spécifié.

Chicago amorcera mardi face aux Islanders de New York une séquence de quatre affrontements à domicile.