Crédit : Photo Agence QMI, Mario Beauregard

Alouettes de Montréal

Les Alouettes dénichent un quart d'expérience

Publié | Mis à jour

Depuis la blessure importante à Vernon Adams jr, les Alouettes cherchaient une solution à la position de quart-arrière. Ils l’ont trouvé hier en faisant l’acquisition de Trevor Harris des Elks d’Edmonton.

En retour, les Alouettes ont échangé l’ailier défensif Antonio Simmons à la formation albertaine. 

Harris, un vétéran de neuf saisons dans la LCF, ne connaissait pas une saison à la hauteur des attentes avec les Elks. Il avait complété 135 passes pour 1568 verges et six touchés.

Une transaction qui n’est pas vraiment surprenante dans les circonstances. Après la blessure à l’épaule gauche d’Adams jr, les observateurs étaient sceptiques au sujet de Matthew Schiltz quant à sa capacité d’assurer la relève dans ce rôle névralgique.

«On a commencé à magasiner pour Trevor Harris quelques jours après la blessure à Vernon, a mentionné le directeur-général Danny Maciocia. Cependant, cette transaction n’a rien à voir avec le rendement de Matthew au poste de partant.

«Nous l’avons mis au courant de l’arrivée d’un quart au sein de l’équipe dans les dernières heures. Nous avons toujours confiance en lui.»

Durant le match de samedi à Ottawa, il y a une séquence qui a réconforté Maciocia dans sa décision.

«Lorsque j’ai vu un joueur frapper durement Matthew derrière sa ligne de mêlée, je suis devenu nerveux, a indiqué l’homme de football. S’il était tombé au combat, on se serait retrouvés avec un quart (Shea Petterson) qui avait seulement trois semaines d’expérience dans la LCF. Je n’étais pas confortable.

«Avec Harris, on est allés chercher de la profondeur et de l’expérience.»

Pas habillé 

Les Elks cherchaient à se départir de Harris depuis deux semaines. Lors du dernier match de son équipe, l’entraîneur-chef Jaime Elizondo a décidé de ne pas habiller le quart de 35 ans même s’il était en santé.

À ce moment-là, les intervenants et observateurs du circuit savaient tous que Harris était sur son départ.

«Ce n’était pas en raison de nos pourparlers, a confirmé Maciocia. Pour moi, tout ce qui était important dans cette transaction, c’était de ne pas sacrifier un ou des choix de repêchage.»

La saison des Alouettes sera sur la ligne au cours des cinq prochaines semaines. Une participation aux éliminatoires n’est pas encore garantie et Maciocia ne voulait pas prendre le risque de manquer de munitions en cours de route.

Avec Harris au sein de sa formation, l’entraîneur-chef Khari Jones aura un réserviste de luxe à sa disposition. Maciocia n’a pas voulu se commettre à savoir si le vétéran sera en uniforme contre Toronto samedi au Stade Percival-Molson.

Il y a un autre élément intéressant dans cette transaction. Harris pourra s’intégrer rapidement au sein du groupe de joueurs. Il va retrouver plusieurs anciens coéquipiers qui portent maintenant les couleurs des Alouettes.

Il connait bien Nick Usher, Almondo Sewell, Tyquwan Glass, Monshadrik Hunter ainsi que le coordonnateur défensif Barron Miles.

La domination de Davis 

Lors de son arrivée à Montréal, Antonio Simmons était vu comme l’un des joueurs qui pourraient remplacer l’excellent John Bowman. Il avait connu du succès lors de ses premiers pas dans la LCF.

Cette saison, il avait la chance de s’établir comme un pilier, mais il a eu de la difficulté à le faire en raison de quelques blessures. Puis, au cours des dernières semaines, Jamal Davis II a brillé alors qu’il a été appelé à le remplacer au sein de la formation partante.

Même Simmons était remis de sa blessure à l’épaule depuis deux semaines, Davis II ne méritait pas de retourner dans un rôle de réserviste.

«C’est vrai que les bonnes performances de Davis II m’ont permis de faire cette transaction, a expliqué Maciocia. La présence de Christopher Favoroso sur notre équipe d’entraînement est un autre élément. C’est un joueur qu’on aime beaucoup.»