Club de foot Montréal

«On doit gagner ce match»- Wilfried Nancy

Publié | Mis à jour

Si le CF Montréal n’a pas récolté trois points samedi, c’est surtout par manque d’opportunisme.

« On a eu des opportunités pour finir, on aurait dû mieux finir. Je suis frustré parce qu’on doit gagner ce match-là », a pesté l’entraîneur-chef Wilifried Nancy.

« En deuxième mi-temps, on a eu beaucoup de situations dans la surface où on aurait pu tirer, au lieu de ça on a cherché le jeu parfait. »

Mais il n’y a pas que ça, il y a aussi deux buts marqués sur des coups de pied arrêtés par l’Union, ce qui n’a pas plu à Nancy.

« Ça m’agace beaucoup parce que j’ai envie de dire qu’on n’est pas dégueulasses sur les coups de pied arrêtés, on a eu de bonnes séries sans accorder de but. Mais on ne peut pas accorder ces buts-là. »

Points perdus 

Parfois, un verdict nul représente un point gagné. Dans ce cas-ci, ce sont deux points perdus même si le CF a « volé » un point avec un but à la dernière seconde.

« C’est un but à la dernière seconde qui nous donne ce point, mais dès la première minute, on a mérité les trois points », soutient Samuel Piette.

« Il faut être réaliste, dans le contenu, le match était très bon et si on refait ce match-là, on le gagne. »

L’équipe va disputer ses trois prochains matchs à l’étranger, ce qui va complexifier sa tâche pour une place en séries, mais Samuel Piette reste confiant.

« On est une équipe qui est capable de gagner contre n’importe qui et de faire des matchs moyens contre n’importe qui.

« On voulait prendre les trois points et se mettre à l’aise le plus rapidement possible, a admis le milieu québécois. On peut aller chercher trois points à Orlando, on peut aller chercher trois points à Toronto. »

Le temps presse

Piette est toutefois conscient qu’il reste peu de temps pour sécuriser une place en séries. « Il reste de moins en moins de matchs; alors les points à aller chercher sont cruciaux. »

Comme Romell Quioto est blessé, Nancy a dû se creuser la tête pour générer de l’attaque. Il a choisi de jouer à trois milieux offensifs avec Joaquin Torres, Djordje Mihailovic et Matko Miljevic.

La tactique a bien fonctionné puisque le trio s’est bien combiné jusqu’à ce que Miljevic quitte, un peu avant l’heure de jeu.

« On y est allé avec trois joueurs offensifs qui ne sont pas des attaquants, mais qui aiment décrocher et ç’a porté fruit dans ce match », a expliqué Samuel Piette.

« Djordje se place très bien dans l’entre-ligne et se projette bien vers l’avant, balle au pied. Matko est un joueur semblable, très bon balle au pied et techniquement à l’aise. »