LNH

Lafrenière découvre le Centre Bell

Publié | Mis à jour

Il y avait une image forte lors de l’entraînement matinal des Rangers. Alexis Lafrenière, Samuel Blais et Julien Gauthier se retrouvaient au centre de la glace du Centre Bell pour mener les traditionnels étirements.  

C’était trois attaquants des Rangers, mais surtout trois Québécois. 

• À lire aussi: Une victoire nécessaire pour l’ouverture locale

• À lire aussi: «On va avoir l’impression que la ville revit»

Lafrenière foulait la patinoire du Centre Bell pour une première fois, Gauthier se retrouvait à quelques heures de son deuxième match contre le Canadien à Montréal, alors que Blais se préparait pour une sixième confrontation contre l’équipe de son enfance, mais une première dans l’uniforme des « Blue Shirts ». 

« C’était une idée des autres gars de l’équipe, a dit Lafrenière. Ils nous ont demandé de faire les étirements puisqu’on se retrouve à la maison. C’était le fun. »

Premier de classe du repêchage de 2020 qui devait justement se dérouler à Montréal, Lafrenière découvrait l’environnement du Centre Bell pour une première fois dans la peau d’un joueur de la LNH. 

« C’est spécial, a répliqué l’ailier de 20 ans. Je trouvais ça agréable juste de rentrer au Centre Bell et d’embarquer sur la glace. Je venais voir des matchs ici quand j’étais jeune. Je regardais mes joueurs préférés et maintenant c’est à mon tour de me retrouver sur la patinoire. » 

La pandémie n’a pas juste bousculé les plans pour le repêchage de 2020 qui s’est finalement produit d’une façon virtuelle, la Covid-19 a forcé les dirigeants de la LNH a modifié ses divisions et son calendrier l’an dernier. À sa saison recrue, Lafrenière a donc affronté plusieurs fois les Islanders de New York ou les Devils du New Jersey, mais il n’a jamais traversé la frontière pour y jouer un match en sol canadien. 

Gerard Gallant, qui a remplacé David Quinn derrière le banc des Rangers lors de la saison morte, a réalisé un peu sur le tard la symbolique de cette rencontre pour son jeune prodige. 

« Je n’avais pas réalisé avant la nuit dernière qu’Alexis ferait ses débuts à Montréal. Les gars en parlaient. C’est un Canadien français et un premier choix au total à un repêchage de la LNH, alors c’est un grand moment pour lui. On pouvait voir qu’il avait une énergie spéciale ce matin sur la glace du Centre Bell. Il jouera avec beaucoup d’émotions. »

Avec Zibanejad 

Pour sa deuxième saison avec les Rangers, Lafrenière cherchera à s’établir déjà comme un joueur d’impact. Depuis le début de la saison, Gallant l’a placé dans une chaise importante à l’aile gauche de Mika Zibanejad et Chris Kreider. 

« Oui, je pense que c’est possible (avoir un impact), a-t-il répliqué. C’est à moi d’en profiter, je joue avec de super bons joueurs. Je sais que j’ai ma place avec eux, mais je dois aussi le prouver. Je dois arriver à l’aréna tous les jours avec l’objectif de m’améliorer et trouver une bonne cohésion avec mes compagnons de trio. »

« J’ai connu un bon camp, mais ce n’est jamais acquis, a-t-il poursuivi. Je ne peux jamais prendre une journée de repos. C’est un peu la mentalité que je conserve. Je veux être constant même si je sais que je n’aurai pas 82 bons matchs. Dans les moments plus difficiles, je devrai quand même apporter des éléments. » 

Plus fort 

Aux yeux de Gallant, l’ailier originaire de Saint-Eustache est prêt à gravir les échelons après une saison recrue de 21 points (12 buts, 9 passes) en 56 matchs. 

« Il n’y a pas de doute qu’il peut devenir un joueur d’impact pour nous, a dit l’ancien entraîneur en chef des Golden Knights de Vegas. Nous nous attendons à cela. Mais il reste un très, très jeune joueur. Il se débrouille déjà bien et des rapports que je regarde et que je reçois, il joue mieux défensivement que l’an dernier. Il devient un homme, il est plus fort physiquement et il fait les bonnes choses pour bien se préparer. C’est encore tôt dans la saison, mais nous sommes heureux de lui. »

Voyez une entrevue de Lafrenière avec Renaud Lavoie dans la vidéo ci-dessus.