Canadiens de Montréal

CH: «Il faut savoir se renouveler»

Publié | Mis à jour

Pour la première fois depuis le 10 mars 2020, le Centre Bell pourra faire salle comble lors d’un match des Canadiens de Montréal, samedi soir. 

Bien que l’organisation peut se réjouir de ce retour à la normale, le défi qui l’attend n’est tout de même pas négligeable, soit convaincre des partisans avec un pouvoir d’achat diminué de se présenter dans un amphithéâtre bondé en pleine pandémie. 

• À lire aussi: CH: une victoire nécessaire pour l'ouverture locale

• À lire aussi: Sur les traces de Carey Price

Qui plus est, que la COVID-19 soit de la partie ou non, nourrir la flamme de ses partisans est un travail constant, même pour une organisation comme les Canadiens. 

L’expert en marketing sportif André Richelieu y est allé d’un rappel, samedi matin, à l’émission Salut Bonjour : avant que la pandémie ne fasse des siennes, tout n’était pas rose de ce point de vue. 

«Le CH avait de la difficulté à remplir le Centre Bell. Il y a eu une forme de complaisance, on s’était peut-être détachés sans s’en rendre compte de ses partisans», a-t-il observé. 

Pour renforcer ses liens avec le public montréalais, le Tricolore pourrait songer à changer son spectacle de présentation qui devient de plus en plus redondant, par exemple. La chanson «Fix You» et la traditionnelle passation du flambeau ont-elles fait leur temps? 

«Il faut savoir se renouveler, a fait valoir André Richelieu. Une marque forte est constante. Il y a l’histoire des Canadiens, la tradition. Mais il faut aussi renouveler le spectacle et ne pas toujours utiliser les mêmes formules qui finissent pas lasser les gens.»  

Au final, la victoire demeurera encore et toujours le facteur le plus essentiel. 

«Ce que l’on vend dans le sport, c’est de l’espoir, a souligné Richelieu. On veut du suspense. Et la glorieuse incertitude du sport nous fait rêver. C’est ce qu’on espère retrouver avec nos Canadiens.»