SPO-Tournois de golf de la Fondation des Canadiens de Montréal

Crédit : MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Canadiens de Montréal

Ça va comme c'est mené

Ça va comme c'est mené

Jean-Charles Lajoie

Publié 16 octobre
Mis à jour 16 octobre

La nouvelle avait coulé au petit matin. C’est la norme désormais. Carey Price quitte le Canadien pour se soumettre au programme de soutien aux joueurs de la Ligue nationale de hockey. «Marc Bergevin va rencontrer les médias à 11 h», disait la convocation.

Le vice-président hockey et directeur général a répondu aux multiples questions. Il a craqué au passage sur une question d’un confrère de la presse anglophone. Puis il a tourné les talons et est retourné à ses obligations. Ses obligations et ses questions... 

Geoff Molson brillait par son absence sur l’estrade aux côtés de Bergevin à l’occasion de la triste annonce du retrait de Price. Carey est le joueur franchise du CH. Avec le départ sur blessure du capitaine Weber, il est le cœur et l’âme de l’équipe.

La bataille courageuse qu’il a choisi d’entreprendre pour son propre bien-être est une symbolique forte qui peut avoir un impact direct sur la clientèle fidèle de l’équipe. 

Carey peut inspirer plusieurs partisans à prendre soin d’eux-mêmes, à se choisir, à se remettre sur le bon chemin en décidant de demander de l’aide. 

Le boss doit parler    

Ça dépasse largement le cadre du cercle glacé. Dès qu’une histoire sort de la patinoire, le propriétaire a le devoir de parler. Il se doit d’être présent. De montrer son empathie et tout son soutien à son joueur, mais aussi à son principal dirigeant. Geoff Molson brillait par son absence ce matin-là. 

Pourquoi ? En apparence pour la seule et unique raison de ne pas se retrouver à répondre à des questions concernant le sort qu’il réserve à son principal homme de hockey. 

Pourtant, les relations publiques avaient bien pris soin de dicter le sujet de cette mêlée de presse. On n’est pas ici pour parler du contrat de Marc, on est ici pour parler de Carey. 

Bergevin a l’air usé. Pire, malheureux. Aucun employé n’est heureux lorsque son patron manque de transparence à son endroit. 

Du moins aucun employé qui a à cœur son travail. Dans le cas qui nous occupe, qui peut douter de l’engagement de Marc Bergevin envers le Canadien ? 

Je ne dis pas que le directeur général est parfait, loin de là. Sa fidélité envers Trevor Timmins me dépasse. Son manque d’insistance à repêcher les espoirs d’ici me fâche. 

Je vais parler longtemps d’Hendrix Lapierre, le dernier des superbes talents québécois que le CH a échappé au repêchage. 

En même temps, Bergevin est un des trois meilleurs DG de la ligue lorsque vient le temps de transiger. Cette notion est essentielle à Montréal, ville non prisée par les joueurs autonomes sans compensation. 

Absence de leadership    

Paraît qu’en dépit de l’accession de France Bélanger au titre de présidente de Groupe CH, Marc Bergevin continue de dépendre directement de Geoff Molson. Mais alors, pourquoi Molson, s’il ne veut plus de son homme de hockey, ne prend-il pas le temps de le lui expliquer ? 

Une conversation franche, sans faux-fuyants. Le dossier Bergevin se réglerait en moins de 15 minutes si le propriétaire avait le leadership et l’élévation nécessaires à sa fonction. 

En attendant, ça va comme c’est mené. Le club est zéro à deux avant de recevoir les Rangers ce soir au Temple...

Coup de coeur    

À Hendrix Lapierre. Fait quelques années que je le regarde jouer. J’aime sa progression. Elle est celle d’un jeune homme brillant. Sous Yannick Jean à Chicoutimi, Lapierre a sacrifié les jeux de la semaine pour mieux apprendre à jouer comme un pro. À 19 ans, ça paye déjà. Kaiden Guhle va être bon. Imaginez si on avait payé ce qu’il faut pour aussi réclamer Lapierre en 2020 ?!

Coup de gueule    

À l’arbitrage de la LNH. La pénalité à Josh Anderson en fin de troisième période à Toronto était grotesque. Son explication encore pire. « Anderson est arrivé à trop grande vitesse dans l’attroupement... » Réparer une erreur par une autre erreur, le pire blasphème des officiels. Ils ont manqué Gallagher sur le gardien Campbell et se sont repris. Gênant... 

Un p'tit 2 sur...    

Une victoire du Canadien ce soir. Mais mettons que je ne mettrai pas le chalet sur celle-là. Les Rangers ont une bonne équipe. Ils sont profonds et ont des ressources. Mais le building va vibrer CH à pleine capacité pour la première fois en 19 mois. Jo Drouin sera le dernier joueur présenté à la foule. La fierté et l’adrénaline devraient faire le travail, à défaut de l’avantage numérique...