Canadiens de Montréal

«Les gars doivent être plus allumés» - Ducharme

Publié | Mis à jour

En regardant le Canadien se faire lessiver 5 à 1 contre les supposés pauvres Sabres de Buffalo, jeudi soir, ils sont nombreux à s’être dit que l’hiver serait long. Et avec raison.

Sauf que dans le vestiaire du Tricolore, pas question de céder à la panique. Même une douzaine d’heures plus tard, à la sortie d’un entraînement hors glace, Ben Chiarot a appelé tout le monde au calme.

• À lire aussi: Ryan Poehling: plusieurs mythes réduits en cendres

• À lire aussi: CH: de Marc Denis à Samuel Montembeault

«Ce sont que les deux premiers matchs. Si on commence à sentir de la pression maintenant, on n’est pas sortie de l’auberge. C’est une saison de 82 matchs qui nous attend. Il faut rester positif et éviter d’être trop émotifs», a lancé le défenseur.

La liste d’éléments sur lesquels travailler est tout de même longue, bien que Chiarot en ait précisément ciblé deux.

«Les unités spéciales sont une priorité, a-t-il lancé. À forces égales, tout le monde doit connaître sa tâche et savoir où il doit se placer. C’est le genre d’ajustements sur lesquels toutes les équipes travaillent en début de saison. Particulièrement au cours des 10 premiers matchs.»

Le fait que six joueurs, incluant Samuel Montembeault jeudi, ne portaient pas l’uniforme du Canadien l’an dernier peut-il expliquer certaines confusions et erreurs de couverture?

«Oui, a convenu Chiarot. Il y a des erreurs à corriger. Ce sont les équipes qui parviendront à le faire le plus rapidement sont celles qui progresseront le plus vite et qui connaîtront le meilleur départ.»

Performance inégale

Dominique Ducharme a également reconnu qu’il y avait des aspects du jeu sur lesquels travailler. Toutefois, à l’instar de sa sortie de jeudi soir à Buffalo où il a déclaré que ses joueurs étaient en train de vivre un difficile retour à la réalité, il a laissé entendre que le problème se situait au-delà de la question stratégique et de l’adaptation des nouveaux venus.

«On a une équipe qui a besoin de l’engagement de ses 20 joueurs dans notre style de jeu et notre structure. C’est comme ça qu’on a connu du succès. Quand la recette est bonne, il ne faut pas la changer», a déclaré l’entraîneur-chef du Canadien.

Pour illustrer son propos, Ducharme a énuméré quelques exemples bien précis.

«À Toronto, on a donné quatre occasions de marquer sur de mauvais changements. Notre échec-avant en zone neutre a été parfait à 15 occasions. Pourquoi ça n’a pas été le cas 15 autres fois ? s’est-il demandé. Les gars doivent être plus allumés parce que, dans la LNH, la marge entre une victoire et une défaite est mince.»

Lorsqu’un collègue lui a demandé d’expliquer les problèmes rencontrés par son équipe en infériorité numérique, particulièrement face aux Sabres, Ducharme a de nouveau pointé ses troupiers en haut des épaules.

«Il faut être plus agressif quand on joue en infériorité numérique. Mais tu ne peux pas être allumé sur les unités spéciales, si tu ne l’es pas à cinq contre cinq.»

Un coup de main de la foule

Les hommes de Ducharme recevront un coup de main attendu depuis longtemps, samedi soir, lors de la visite des Rangers. Pour la première fois depuis le 10 mars 2020, plus de 21 000 spectateurs seront réunis au Centre Bell pour les acclamer.

En raison de la pandémie, il s’agira également d’une première pour ceux qui en étaient à leur campagne initiale avec le bleu-blanc-rouge, l’an dernier.

Donc, ils seront 11 à prendre un premier bain de foule dans le domicile du Tricolore. Incluant Jake Allen.

«Plusieurs gars sont excités de vivre ce match d’ouverture dans un amphithéâtre plein. La présence du septième joueur va nous donner de l’énergie, a déclaré l’ancien gardien des Blues. Je vivrai cette expérience pour la première fois avec le Canadien, mais pour avoir joué dans l’autre équipe, je sais ce que c’est. Ça crée une vague de momentum.»

Ducharme a indiqué que, parmi tous les blessés, c’est Mike Hoffman qui est le plus près d’un retour au jeu. Il pourrait voir de l’action mardi ou jeudi.