Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Football universitaire RSEQ

Carabins : la défensive devra être prête

Charles Laverdière

Publié | Mis à jour

Une fois de plus cette année dans le Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ), les Carabins de l’Université de Montréal possèdent l’une des défensives les plus tenaces. Elle devra toutefois faire preuve de caractère contre l’une des attaques les plus redoutables du circuit en celle des Stingers de Concordia, samedi.

C’est cette même équipe qui avait inscrit 31 points pour vaincre les Carabins 31 à 28, en septembre, au CEPSUM.

En avance 24 à 10 au troisième quart, les champions en titre de la coupe Dunsmore avaient vu le quart-arrière des Stingers Olivier Roy décocher trois passes de touché avant la fin du duel.

«C’est sûr que quand on perd un match de foot, ça nous force à nous regarder dans le miroir un petit peu, à nous réanalyser, à nous questionner, que ce soit en attaque, en défensive ou sur les unités spéciales, de dire l’entraîneur-chef Marco Iadeluca, joint au téléphone. C’est ce qu’on a fait après ce match-là, mais il n’y a jamais eu de sentiment de panique. Ce qu’on a dit aux joueurs, c’est que "des défaites, ce n’est jamais le fun, mais la réalité, c’est de voir comment on va réagir après une défaite. Dans la vie, quand tu rencontres des obstacles ou que ça ne va pas à ta façon, comment te relèves-tu de ça."»

La défensive a répondu de brillante façon, en accordant 17 points au Rouge et Or de l’Université Laval la semaine suivante, avant de limiter les Redbirds de McGill et le Vert et Or de l’université de Sherbrooke à sept points chacun.

«Ce n’est pas toujours une question de combien de points tu donnes, mais plus l’ensemble de l’œuvre, comment tu as travaillé. C’est sûr qu’on veut continuer à progresser et on veut continuer sur notre lancée.»

Une force à respecter

Si les Carabins (4-1) et le Rouge et Or (4-2) sont plus souvent qu’autrement supérieurs à leurs adversaires, à chaque saison, ça ne semble pas être le cas en 2021, puisque les Stingers (3-2) menacent de terminer parmi les deux meilleures formations du RSEQ.

«On ne joue pas au hockey, où on a 80 matchs. C’est une saison de football de huit matchs de football, donc ce sont tous des matchs importants, a ajouté Iadeluca. [...] Que tu gagnes ou que tu perdes, ça te fait avancer ou reculer au classement, donc ils sont tous super importants et celui-là n’est pas différent des autres.»

Les Carabins devront d’ailleurs se méfier de Roy, qui a ri d’eux durant le premier match, complétant 27 de ses 35 relais pour 323 verges, en plus de réussir quatre remises pour un majeur. Il avait aussi ajouté 42 verges au sol.

Les hommes de Marco Iadeluca n’ont toutefois pas été les seules victimes de Roy, qui compte déjà 1689 verges de gains et 14 passes de touché cette saison. Il avait, entre autres, établi un record pour le nombre de verges amassées par la passe (580) en un seul match, contre le Vert et Or, au mois de septembre.

«C’est sûr qu’on a une meilleure compréhension de quelle équipe ils sont. On a plus de vidéos, mais ça demeure une équipe qui a une très belle attaque, qui n’a pas peur de défier les défensives adverses, a admis Iadeluca. Ils sont menés par un très bon quart-arrière et un très bon groupe de receveurs, c’est leur identité. Ils sont très bons dans ce qu’ils font et il va falloir qu’on soit bien préparé et il va falloir qu’on exécute et qu’on joue de la manière qu’on l’a fait dans les dernières semaines.»

• Marco Iadeluca n’a toujours pas confirmé qui de Dimitri Morand ou Jonathan Sénécal sera son quart-arrière partant pour ce match présenté sur les ondes de TVA Sports.