Redblacks c. Alouettes

Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Alouettes de Montréal

Alouettes: un monstre à deux têtes

Publié | Mis à jour

Les Alouettes de Montréal miseront sur un tandem de porteurs de ballon pour venir à bout du Rouge et Noir, samedi, à Ottawa.

L’entraîneur-chef Khari Jones a indiqué que les Américains William Stanback et Cameron Artis-Payne allaient revêtir l’uniforme pour le deuxième duel consécutif contre l’équipe ottavienne.

• À lire aussi: Khari Jones s’attend à un Rouge et Noir différent

• À lire aussi: La patience de Matthew Shiltz enfin récompensée

Lundi dernier, dans un gain de 20 à 16, Artis-Payne a obtenu son premier départ en carrière dans la Ligue canadienne de football, alors que Stanback était incommodé par une blessure aux côtes. L’ancien des Panthers de la Caroline, dans la NFL, a été très bon. Il a récolté 122 verges de gains au sol, en plus d’inscrire le touché de la victoire en fin de partie.

«C’est super de pouvoir compter sur Cameron, spécialement après le match qu’il a connu, a déclaré Jones vendredi, en visioconférence. Nous sommes très heureux qu’il soit de retour dans notre formation, tout comme Will d’ailleurs.»

«Espérons que nous serons en mesure de les utiliser tous les deux efficacement. Je suis excité de les voir tous les deux dans notre champ arrière.»

Surprendre l’adversaire

Questionné à savoir s’il s’était assis à la planche à dessin pour concocter des jeux où les deux demis offensifs seraient en même temps sur le terrain, Jones s’est fait avare de commentaires.

«Si je vous le dis, il n’y aura plus aucune surprise, a-t-il clamé avec un sourire fendu jusqu’aux oreilles. Nous pourrions faire ça. Nous allons trouver des moyens que les deux performent.»

Considérant la brillante performance d’Artis-Payne et l’incertitude concernant l’état de santé de Stanback, l’idée d’habiller les deux hommes est venue tôt dans l’esprit de Jones cette semaine.

«Will revient après avoir été un peu blessé. Nous voulions nous assurer qu’il était en santé. C’est dans cette optique que nous avons amorcé la semaine en nous disant qu’il serait intéressant de les avoir tous les deux dans notre formation. Il s’agit vraiment de deux excellents porteurs de ballon.»

À son premier départ, Artis-Payne a réussi la 12e performance de plus 100 verges par un porteur de ballon cette saison dans la LCF. Stanback a réalisé l’exploit à quatre reprises en sept sorties jusqu’à maintenant en 2021. Voilà des statistiques qui ont de quoi faire peur à la défensive du Rouge et Noir, elle qui est au dernier rang du circuit avec une moyenne par match de 114,3 verges accordées par la course.

Gagnon et Washington à leur poste

Artis-Payne et Stanback compteront notamment sur Philippe Gagnon et Tony Washington pour bloquer devant eux à Ottawa. La présence de ses deux joueurs de ligne offensive a été confirmée pour l’affrontement de samedi.

Le premier a raté le dernier rendez-vous des siens en raison d’une blessure, tandis que le second a été contraint de jouer après une blessure à Chris Schleuger. Ce dernier sera tenu à l’écart contre le Rouge et Noir.

La pluie n’effraie pas Shiltz

À environ 24 heures du duel contre le Rouge et Noir, on prévoyait qu’entre 20 et 25 mm de pluie tomberaient à Ottawa samedi. Des rafales de vent de plus de 30 km/h sont aussi annoncées.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce ne seront pas les conditions les plus favorables pour le départ du quart-arrière des Alouettes de Montréal Matthew Shiltz.

L’Américain de 28 ans devrait être le partant du club de la Belle Province jusqu’à la fin de la saison régulière, et ce, en raison de la blessure qu’a subie Vernon Adams fils la semaine dernière.

Excité par l’occasion qui se présente à lui, Shiltz ne s’inquiète pas trop de la météo.

«J’ai déjà joué dans des conditions où il y avait de la pluie et du vent. J’ai grandi dans le mid-west, en banlieue de Chicago. J’ai dû composer avec de la météo très difficile, particulièrement au niveau secondaire en octobre et en novembre», s’est-il souvenu.

«Je ne pense pas qu’aucun quart-arrière n’aime lancer le ballon quand il vente ou qu’il pleut. Les deux équipes devront toutefois vivre avec cela. C’est quelque chose à laquelle je ne pense pas trop. Je me dois d’aller sur le terrain et d’effectuer des jeux, peu importe si le soleil brille ou s’il pleut.»