HKN-HKO-SPO-MONTREAL-CANADIENS-V-TORONTO-MAPLE-LEAFS

Photo : Salle comble au ScotiaBank Arena de Toronto où toutes les mesures sanitaires avaient été mises en place pour le match inaugural des Maple Leafs qui accueillaient le Canadien. Crédit : Photo AFP

Canadiens de Montréal

Un avant-goût de samedi

Publié | Mis à jour

Les joueurs du Canadien ont eu un avant-goût mercredi soir à Toronto de ce qui les attend, samedi soir, lorsqu’ils recevront les Rangers de New York au Centre Bell.

Pour la première fois en 19 mois, les Maple Leafs de Toronto ont ouvert les portes de l’aréna Banque Scotia à une foule de 18 493 spectateurs, le maximum que peut contenir l’édifice. 

Il s’agissait du premier match de la LNH disputé dans un amphithéâtre comble, au Canada, depuis le début de la pandémie.

En fait, mis à part lors du septième affrontement de la série de premier tour entre le Tricolore et eux, où 550 travailleurs de la santé avaient été invités, les joueurs des Maple Leafs n’avaient même pas encore eu l’occasion, contrairement à ceux du Canadien, de disputer de match régulier devant des spectateurs.

« Jouer devant autant de partisans, c’est gros. Pouvoir jouer devant nos familles, c’est également très important. On a plusieurs joueurs originaires de la région qui n’ont encore jamais eu l’occasion de jouer devant leur famille. Les saisons sont longues, alors avoir l’appui de nos proches, c’est primordial », a déclaré Sheldon Keefe, l’entraîneur-chef des Maple Leafs.

L’ambiance 

Dans le camp montréalais, on piaffait également d’impatience de retrouver l’ambiance d’une salle comble en sol canadien.

« On en a eu un aperçu dans les séries (à Tampa), l’an dernier, mais c’est vraiment excitant. Il y aura assurément une poussée d’adrénaline pour les deux équipes », a lancé Josh Anderson, au terme de l’entraînement matinal du Canadien.

Originaire de Burlington, près de Toronto, l’attaquant du Canadien s’attendait à voir des membres de sa famille et plusieurs amis se déplacer dans la Ville Reine pour le voir à l’œuvre, en personne, dans l’uniforme bleu-blanc-rouge.

Des normes strictes 

Chacun des partisans des Leafs (tout comme ceux du Canadien, qui était somme toute bien représenté) a dû se plier aux normes sanitaires en vigueur en Ontario. Des normes grandement similaires à celles qui régissent la province de Québec depuis leur assouplissement le week-end dernier par le gouvernement de Doug Ford.

« Avec plus de 22 millions de doses administrées, notre gouvernement lève prudemment les limites de capacité dans certains contextes où nous savons que les exigences en matière de preuve de vaccination offrent une couche de protection supplémentaire aux Ontariens », avait déclaré la ministre de la Santé, Christine Elliott, au moment de l’annonce.

Seuls les spectateurs doublement vaccinés étaient admis dans l’amphithéâtre, la preuve d’un test négatif à la COVID-19 n’étant pas acceptée. 

À leur entrée, chacun d’eux devait montrer cette preuve en plus d’une pièce confirmant leur identité.

Pour s’assurer que tout le monde puisse gagner son siège à temps pour le début de la rencontre, les Leafs ont procédé à l’ouverture des portes 90 minutes avant le début de la rencontre, soit une demi-heure plus tôt que ce qui fut jadis connu comme étant « en temps normal ».

Évidemment, le port du masque était obligatoire partout dans l’enceinte.