Canadiens de Montréal

CH: «je le vois vraiment évoluer avec Mike Hoffman»

Publié | Mis à jour

En apprenant la nouvelle de l’arrivée d’Adam Brooks à Montréal, plusieurs amateurs y sont assurément allés d’une petite recherche «HockeyDB», question d’en savoir plus sur le joueur de centre de 24 ans. 

Vrai que Brooks, un Manitobain de 5 pieds 10 et 185 livres, n’est pas le plus connu.   

Voyez, dans la vidéo ci-dessus, une intéressante discussion au sujet d'Adam Brooks ayant eu lieu lors de l'émission «JiC». 

Repêché par les Maple Leafs en 2016, il ne compte que 18 matchs d’expérience dans la Ligue nationale de hockey, lors desquels il a récolté huit points.

Victime de l’interminable profondeur du bassin d’espoirs de la formation torontoise, le pivot a surtout évolué chez les Marlies depuis 2017. Il y a connu passablement de succès, comme en témoigne sa récolte de 92 points en 164 matchs.

Fraîchement débarqué dans l’organisation du Tricolore, il est maintenant, avance l’un de ses anciens entraîneurs chez les Marlies, fin prêt à occuper un poste important dans la LNH. 

Le Québécois Jack Han, qui a occupé les rôles d’analyste du développement des joueurs avec les Maple Leafs (2017-2019) et d’entraîneur adjoint avec les Marlies (2019-2020), a côtoyé Adam Brooks pendant trois ans. Il le connaît donc très bien et le porte en très haute estime.

«Adam, c’est un véritable étudiant du hockey. Il est constamment en train de chercher des solutions pour s’améliorer. Plusieurs le perçoivent comme un gars strictement défensif, mais c’est faux. Il est responsable, mais possède aussi de belles aptitudes offensives. Il avait besoin d’atterrir au sein d’un club où il aurait une chance et je crois que ce sera le cas à Montréal.»

Un rôle important?    

Lors de son passage dans la Ligue junior de l’Ouest avec les Pats de Regina, l’attaquant a effectivement démontré qu’il avait plusieurs cordes à son arc en territoire offensif. Ses deux dernières campagnes junior parlent d’elles-mêmes : il y a amassé un total de 250 points en... 138 matchs. 

La question qui tue, maintenant. Quel rôle Brooks occupera-t-il à Montréal? 

«Si Nick Suzuki est un centre top-6 offensif, que Dvorak est un centre top-6 défensif et que Jake Evans est un centre "bottom-6" défensif, je perçois Adam Brooks comme un pivot "bottom-6" offensif.

«Personnellement, je le vois très bien évoluer avec un gars comme Mike Hoffman. Hoffman n’aime pas transporter la rondelle, alors que c’est l’une des principales qualités d’Adam. Brooks a également une bonne vitesse de pointe et pourrait faire bien paraître Hoffman à cet égard, le no 68 n’étant pas le plus rapide.»

Aux dernières nouvelles, Dominique Ducharme semblait vouloir réunir Hoffman à Jake Evans au retour de l’ancien des Sénateurs, actuellement sur la touche. 

Mais selon Jack Han, Adam Brooks et Evans batailleront ferme pour un poste sur la troisième unité. 

«Ce sera une lutte intéressante. Brooks possède une meilleure vision du jeu et de meilleurs atouts offensifs qu’Evans, mais Evans est meilleur en récupération de rondelle et sur le plan défensif.»

«Il pourrait récolter...»   

Il ne faut quand même pas se leurrer. Adams Brooks ne marquera probablement pas (ne jamais dire jamais) 30 buts dans l’uniforme du CH. Ce n’est pas la huitième merveille du monde non plus. Mais il saura, assure Han, apporter une contribution plus qu’intéressante. 

«Je le vois récolter autour de 30 points et ça, c’est sans temps de glace sur l’avantage numérique.»

Si l’instructeur prend la peine de parler d’avantage numérique, c’est qu’il confie avoir dirigé Brooks à une époque où il était très utile dans le haut de l’enclave à 5 contre 4.

«Et je ne vois pas beaucoup de joueurs du CH qui ressortent du lot à cet endroit», précise-t-il. «Peut-être aura-t-il une chance sur une deuxième vague...»

Alors que plusieurs attendaient (espéraient?) l’arrivée d’Alex Barré-Boulet à Montréal, les amateurs apprendront plutôt à connaître Adam Brooks dans les prochaines semaines. Et ils pourraient très rapidement tomber sous son charme.